Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour

Près de Rennes, aucun malade du pôle gériatrique n'est porteur du variant britannique du Covid-19

-
Par , France Bleu Armorique, France Bleu Breizh Izel

Une semaine après la découverte d'un premier cas de Covid dans l'unité de soins longue durée du pôle gériatrique de Chantepie près de Rennes (Ille-et-Vilaine), l'agence régionale de santé confirme qu'aucun patient n'est porteur du variant britannique.

Les tests Covid ne font pas apparaître le variant britannique. (Illustration)
Les tests Covid ne font pas apparaître le variant britannique. (Illustration) © Radio France - AURÉLIE LAGAIN

C'était attendu. Il n'y a finalement aucun malade du Covid-19 porteur du variant britannique au pôle gériatrique de Chantepie près de Rennes. Lundi 4 janvier, un patient a été diagnostiqué positif dans l'unité de soins longue durée. Deux séries de tests avaient permis de détecter neuf malades parmi les résidents et le personnel de santé.

Jeudi 7 janvier, le ministère de la santé évoquait un foyer épidémique "à risque" avec des malades porteurs du variant britannique. Dès le lendemain, l'agence régionale de santé de Bretagne avait fait redescendre la pression en assurant que la professionnelle de santé et son fils, rentré d'Angleterre, n'étaient pas porteurs du variant anglais.

Les résultats complémentaires transmis par l'Institut Pasteur  permettent à l'ARS d'affirmer ce mardi 12 janvier, qu'aucun des neuf patients n'est porteur du variant circulant au Royaume-Uni. Comme nous l'indiquait le docteur Cédric Arvieux du CHU de Rennes dès vendredi dernier, ce variant est déjà connu des infectiologues depuis l'automne. 

De nouveaux tests doivent avoir lieu au sein de l'unité de soins longue durée cette semaine.

Choix de la station

À venir dansDanssecondess