Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour

Présidentielle : quand le débat tourne mal entre "amis" sur Facebook

- Mis à jour le -
Par , France Bleu

En pleine élection présidentielle, certains internautes n'hésitent pas à partager leurs opinions politiques sur les réseaux sociaux. Sur Facebook, des conversations s'enveniment, au point que certains n'hésitent pas à supprimer des amis. Nous avons recueilli vos témoignages.

Le débat est parfois houleux sur Facebook pendant cette Présidentielle
Le débat est parfois houleux sur Facebook pendant cette Présidentielle © Maxppp -

La campagne d'entre-deux tours a commencé dès lundi pour les deux finalistes de la Présidentielle, Marine Le Pen et Emmanuel Macron. Le débat entre les candidats et leurs soutiens est parfois très virulent. De nombreux soutiens de Jean-Luc Mélenchon, qui ne donnera pas de consigne de vote, hésitent pour le deuxième tour entre voter Macron, blanc ou s'abstenir. Le débat s'envenime sur les réseaux sociaux, et certains ne supportent plus leurs amis Facebook.

Des posts incessants qui renvoient à une "propagande soviétique"

Motazz, 36 ans, est chercheur à Genève. Il comptait voter pour Jean-Luc Mélenchon au premier tour. Sauf qu'à force de multiplier les posts Facebook pro-Mélenchon, l'un de ses amis l'en a dégoûté : "Depuis deux mois, il partageait chaque demi-heure une publication concernant les Insoumis. Jusque-là, passe encore, tant que ce n'est pas sur mon mur, après tout, chacun fait ce qu’il veut. Mais depuis quelques semaines il a commencé à cibler, et commente des publications de mon épouse ou de ma sœur, qu’il ne connaît pas personnellement. Ça m’a renvoyé à la propagande soviétique, ça m’a dégoûté. C’est dommage. Au final, c’est une amitié de 20 ans qui a pris fin et Mélenchon a perdu trois votes."

Pour afficher ce contenu Youtube, vous devez accepter les cookies Publicité.

Ces cookies permettent à nos partenaires de vous proposer des publicités et des contenus personnalisés en fonction de votre navigation, de votre profil et de vos centres d'intérêt.

Gérer mes choix

Gwenaëlle a un peu le même sentiment.

Supprimer ses amis... ou masquer leurs publicatons

De nombreux internautes, comme Benoît, assurent que c'est valable pour les supporters de tous les candidats. "Moi, j'emmerde pas mes amis avec de la propagande incessante de tel ou tel candidat." Pour autant, il ne les supprime pas. "Je me dis que c'est pas une solution, et j'essaye de garder mon sang-froid en évitant de les supprimer parce que sinon on s'enferme dans une sorte d'entre-soi, du genre "je garde mes amis qui sont d'accord avec moi et je vire ceux qui ne sont pas d'accord ". Catherine, elle, masque certaines publications.

Si mon amie est raciste, je ne vois pas ce que je fais dans son entourage" - Anaïs

Anaïs, elle, habite à Strasbourg. Cette Franco-tunisienne de 25 ans qui a toujours vécu en Alsace n'en peut plus de voir ses amis poster des vidéos xénophobes : "Je ne vais pas aller jusqu’à tous les supprimer, mais je n’ai plus vraiment de contact dans la vraie vie avec eux. J’ai une amie d’enfance qui se montre pro-FN a 3.000 %. Je lui ai dit que ce n’était plus la peine qu’on continue à se voir et à se parler. Moi je suis Franco-tunisienne, ces vidéos xénophobes me blessent. Si elle est raciste, je ne vois pas ce que je fais dans son entourage". Du coup, la jeune femme va beaucoup moins sur Facebook ces jours-ci, et gardera ses distances avec le réseau jusqu'au second tour.

Pour afficher ce contenu Youtube, vous devez accepter les cookies Publicité.

Ces cookies permettent à nos partenaires de vous proposer des publicités et des contenus personnalisés en fonction de votre navigation, de votre profil et de vos centres d'intérêt.

Gérer mes choix

J'en suis déjà à quatre amis qui ont pris la porte" - Christelle

Certains font un tri radical. "J'en suis à quatre amis qui ont déjà pris la porte", nous raconte Christel.

© Radio France -

Même chose pour Hervé : "Perso, j'ai dégagé les amis de la haine, pas de place pour eux." C'est peut-être Nicole qui résume le mieux les choses : "Parler politique sur Facebook, c'est un bon moyen de se fâcher entre amis et en famille"!

-
Choix de la station

À venir dansDanssecondess