Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Société

Prévention et répression sur la route du weekend de la Toussaint

-
Par , France Bleu Maine

Il y aura du monde sur les routes ce weekend et les conditions météo s'annoncent difficiles. La gendarmerie ouvrira donc l’œil pour faire à la fois de la prévention et des contrôles.

Contrôles au radar routier laser depuis le bord d'une aire d'autoroute.
Contrôles au radar routier laser depuis le bord d'une aire d'autoroute. © Radio France - Adrien Toffolet

Le weekend de la Toussaint s'annonce chargé sur les routes. C'est même l’un des plus chargés de l’année. Dans le sens des retours, samedi et dimanche, la circulation sera très dense à proximité des grandes agglomérations. Les autorités appellent donc à la prudence car l’automne, avec moins de luminosité, est particulièrement accidentogène. En plus, la météo va se dégrader. Tout le weekend donc, la gendarmerie mènera des opérations des contrôles. Hier déjà, elle a organisé une mission de prévention sur un tronçon de l'autoroute sur l'A11.

Bonne conduite ?

Le dispositif est simple. Un gendarme est sur un point de contrôle, sur une aire d'autoroute par exemple. Il contrôle la vitesse à l'aide d'un radar routier laser, bien caché derrière des buissons. Il porte les couleurs de la gendarmerie, ce qui fait qu'il est reconnaissable par les automobilistes en pause sur l'aire, mais pas des voitures qui passent sur l'autoroute. Un peu plus loin sur le tronçon, un groupes de six motos se tient prêt à intercepter un contrevenant et l'amener au point de verbalisation sur la prochaine aire d'autoroute.

En 30 secondes, les motards peuvent se lancer à la poursuite d'un contrevenant - Radio France
En 30 secondes, les motards peuvent se lancer à la poursuite d'un contrevenant © Radio France - Adrien Toffolet

Et en quatre heures de présence, aucune verbalisation. Bonne nouvelle sur le papier. Mais on sait que les automobilistes ont tendances à prévenir de la présence des gendarmes via des applications GPS. Alors, y a t-il une prise de conscience des automobiliste vis à vis de la vitesse ou est-ce lié à l'efficacité des GPS et appareils qui signalent la présence des gendarmes ? Les deux pour le Capitaine Stéphane Delmas, commandant de l'escadron départemental de sécurité routière de la Sarthe : "on sent depuis quelques années une prise de conscience des automobilistes, il y a un respect des vitesses plus important qu'il y a quelques années. Mais il y a effectivement tous les réseaux type Waze qui permettent de signaler notre présence. On peut voir les choses de deux façons, en voyant d'un côté que ces réseaux contribuent à la prévention en signalant que nous sommes présents et qu'il faut conduire correctement, ou d'un autre côté qu'il contribuent à leur signaler comment éviter un contrôle. Pour ce qui est de la sécurité routière, je préfère penser qu'ils nous aident à faire de la prévention. Mais au-delà de la sécurité routière, le véritable problème c'est que la route est le lieu de passage de toute la délinquance, voleurs, etc... Donc nous signaler, c'est aussi faire le jeu des délinquants qui savent où nous sommes avec ces réseaux."

Prévention et répression

Par ailleurs, ce n'est pas tous les jours qu'aucune infraction routière n'est commise. D'où des actions conjointes de prévention et de répression, explique Adeline Savy, directrice de cabinet du préfet de la Sarthe : "on fait de la prévention pour tout le monde et de la répression pour les gens qui ont un comportement anormal sur la route. A ce jour, le bilan des décès sur la route est à 31 personnes. L'année dernière on était à 32 personnes. On devrait finir l'année sur des chiffres équivalents. Ce qui veut dire que malgré tout ce qu'on peut mettre en place comme service de prévention et comme contrôle de la route, on a toujours autant d'accidents et autant de tués, il ne faut donc pas relâcher les efforts. C'est quelque chose contre lequel on doit lutter au quotidien."

Un camion mobile est également utilisé pour faire de la prévention sur les aires - Radio France
Un camion mobile est également utilisé pour faire de la prévention sur les aires © Radio France - Adrien Toffolet

Ce weekend, les conditions météo sont difficiles car il fait humide. Et même s'il ne pleut pas de manière continue, la chaussée est particulièrement glissante. En cas de manœuvre d'urgence, notamment un freinage, les distances se rallongent. Le plus souvent, sur les autoroutes, les infractions sont d'abord liées au non respect de la vitesse. Il y a aussi les usages de téléphone portable, car malgré la démocratisation des systèmes bluetooth, il y a encore des appareils en main ou des oreillettes. Et puis il y a les infractions liées à l'usage de l'alcool et de stupéfiants.

Il est donc toujours bon de rappeler les règles et consignes à respecter pour prendre la route. Sur l'état général du véhicule d'abord : "des pneumatiques en bon état, ni sous-gonflés ni sur-gonflés ; un pare-brise propre avec des balais d'essuie-glace en bon état". Sur le conducteur lui-même : "ne pas trop consommer d'alcool ; pas de produits stupéfiants ; s'alimenter correctement ; respecter les temps de repos en cas de long trajet, 15 à 30 minutes de pause au bout de 2 heures maximum de conduite". Sur le code de la route : "respecter les limitations de vitesse ; respecter les distances de sécurité ; s’imprégner de l'environnement dans lequel on évolue ; anticiper."

Choix de la station

À venir dansDanssecondess

France Bleu