Société

Prières de rue : le maire de Lagny-sur-Marne demande à l'Etat d'intervenir

Par Faustine Calmel, France Bleu Paris Région mardi 11 octobre 2016 à 18:22

La mosquée de Lagny-sur-Marne, fermée en décembre 2015
La mosquée de Lagny-sur-Marne, fermée en décembre 2015 © Maxppp - Marion Kremp / Le Parisien

Depuis quelques semaines, une trentaine de musulmans a pris l'habitude de venir prier 5 fois par jour, sur une place de la commune. Le maire dénonce cette utilisation de l'espace public, dans un quartier prioritaire de la politique de la Ville et en appelle à l'Etat.

Lagny-sur-Marne on en a beaucoup parlé en décembre dernier. La mosquée a été fermée, soupçonnée d'être un "foyer d'idéologie radicale" après des perquisitions chez plusieurs de ses responsables. Depuis les musulmans de la commune n'ont plus de lieu de culte. Pour le ramadan, la mairie a mis à disposition un terrain de sport, une tente avait été installée. Mais elle a été démontée avant la rentrée scolaire.

Le maire UDI de la commune, Jean-Paul Michel, assure que depuis entre 10 et 50 personnes ont pris l'habitude de venir prier sur la place Marcel-Rivière. "C'est un danger dans un quartier fragile, il commence à y avoir du prosélytisme vis à vis des jeunes". Appuyé par un vote à l'unanimité du conseil municipal réuni en urgence ce lundi soir, Jean-Paul Michel demande une table ronde avec la préfecture et les associations de musulmans. Il dit ne pas comprendre que l'Etat, qui a fermé la mosquée, ne réagisse pas face à ces prières de rue. Et face au manque de lieu de culte dans sa commune il fait remarquer qu'il y a d'autres mosquées, notamment à Chelles et Bussy-Saint-Georges, à moins de 10 kilomètres de Lagny.

Partager sur :