Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour

Prières limitées à 30 personnes : les responsables de mosquées et d'églises de l'Indre se disent "déçus"

-
Par , France Bleu Berry

Le Premier ministre a confirmé jeudi que les offices religieux seront d'abord limités à 30 personnes à partir de samedi, ensuite la jauge sera réévaluée en fonction de la situation sanitaire. Des précisions qui n'ont pas convaincu les responsables de mosquées et d'églises de l'Indre.

A la sortie du premier confinement, l'église Saint-André avait adopté un protocole sanitaire strict
A la sortie du premier confinement, l'église Saint-André avait adopté un protocole sanitaire strict © Radio France - Sylvain Rogie

Voilà plusieurs semaines que les pratiquants l'attendaient : à partir de vendredi, les offices reprennent dans les lieux de culte, mais avec une jauge limitée à 30 personnes. Le Premier ministre, Jean Castex, a confirmé la jauge tout en précisant qu'elle évoluerait progressivement, en fonction de la situation sanitaire et pour tenir compte de "la capacité globale d'accueil" du lieu de culte. "Les discussions se poursuivent avec les autorités religieuses", a ajouté Jean Castex. Dans l'Indre, cette annonce est loin de convaincre les responsables des mosquées et d'églises. Ils déplorent une jauge irréaliste et trop restrictive.

Des mosquées ne reprendront pas les prières du vendredi jusqu'à nouvel ordre

Lundi, l'épiscopat catholique avait indiqué que le gouvernement proposerait une nouvelle jauge, après les vives critiques proférées contre cette jauge de 30 personnes. Bouazza Karoum s'attendait donc à une assouplissement des règles pour les lieux de culte, mais ça n'a finalement pas été le cas ce jeudi. "Je suis déçu", répète le président de la mosquée d'Issoudun. Il ne comprend pas cette jauge qui lui paraît irréalisable : "Il y a des heures fixes pour les cinq prières quotidiennes, on ne peut donc pas faire rentrer trente personnes à des heures différentes, soit on le fait ensemble, soit on ne le fait pas"

"On ne peut pas dire toi tu peux rentrer prier, toi non"

La mosquée d'Issoundun va donc rouvrir ses portes pour les prières quotidiennes en semaine, sauf pour celle du vendredi midi qui réunit plus de monde, "on dépassera largement le quota". La prière du vendredi sera également toujours interdite dans la mosquée d'Ibn' Abbas à Châteauroux. Le responsable de cette mosquée ,Saber Daoud, également président de l'association culturelle des musulmans de l'Indre, compare sa situation à celle aux restaurateurs et cafetiers qui vont devoir attendre eux fin janvier pour rouvrir : "leurs difficultés sont très importantes, on ne peut que s'estimer heureux de pouvoir rouvrir notre mosquée, on ne vas pas s'en plaindre", indique-t-il. Il affirme ainsi que la "prochaine réouverture de la mosquée restera progressive et conditionnée à la continuité de la mise en oeuvre du protocole sanitaire en place depuis le mois de juin". 

Les paroisses multiplieront les messes pour accueillir des fidèles

"C'est complètement absurde, c'est un petit peu irréalisable", réagit le père Stéphane Maritaud, curé de la paroisse de Châteauroux, après la conférence de presse du Premier ministre. Il ne comprend pas comment les responsables des offices vont devoir choisir quel fidèle aura le droit d'assister à la messe et qui devra en être privé. "Pour limiter la casse", la paroisse proposera donc, à partir de samedi, plusieurs messes. "Il y a aura une messe à 9h30 et 11h et des messes l'après-midi à Châteauroux, ainsi que des messes anticipées" dans d'autres communes aux alentours, explique Stéphane Maritaud.

A Issoudun, la paroisse a quant à elle décidé de miser sur des messes en simultané, c'est-à-dire "en même temps, mais dans des endroits différents et avec des prêtres différents", selon le père Emerson Deleon, curé de la paroisse Saint-Vincent en champagne berrichonne.  Le curé l'assure, "tout le monde aura le droit de venir, mais quand on aura 30 personnes à l'église Saint-Cyr, on demandera aux fidèles d'après d'aller à la basilique".

Des protocoles déjà renforcés à la sortie du premier confinement

Pour permettre aux pratiquants de venir en toute sécurité assister aux offices religieux, les mosquées et églises de l'Indre reprendront leur protocole strict adopté après le premier confinement. "La situation était très bien gérée, on avait une centaine de personnes par dimanche dans les églises et à ma connaissance, il n'y a pas eu de clusters dans les églises de Châteauroux", indique Stéphane Maritaud qui précise, "on n'est pas des enfants, on sait prendre nos responsabilités." 

Le protocole sera aussi strict dans les mosquées. "On a les masques, le gel hydroalcoolique, on applique déjà les distances, on aère déjà, je ne vois pas ce que l'on pourrait rajouter d'autre", assure Bouazza Karoun de la mosquée d'Issoudun. 

Choix de la station

À venir dansDanssecondess