Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Société

Prison à Mont-Gaillard : la mairie du Havre abandonne le projet

La ville du Havre renonce à l'implantation d'une prison dans le quartier de Mont-Gaillard. Le maire Jean-Baptiste Gastinne l'a annoncé ce mercredi 25 avril. Ce projet était fortement critiqué par les riverains et les associations du quartier. Un collectif avait manifesté à plusieurs reprises.

La prison aurait du voir le jour en 2022 à la place d'un centre équestre.
La prison aurait du voir le jour en 2022 à la place d'un centre équestre. © Radio France - Hélène Fromenty

Le Havre, France

Il n'y aura finalement pas de prison dans le quartier duMont-Gaillard, au Havre. Le maire de la ville, Jean-Baptiste Gastinne, a en tous cas annoncé ce jeudi 25 avril qu'il ne céderait pas le terrain envisagé pour ce projet à l'Etat. "J'ai considéré que cela représentait un risque pour ce quartier. Ces 15 dernières années, des efforts considérables ont été faits pour améliorer les conditions de vie et rendre le Mont-Gaillard attractif. J'ai pris conscience qu'avec ce projet risquait de casser cette dynamique positive."

Ce projet prévoyait d'implanter une structure d'accompagnement vers la sortie (SAS) en lieu et place d'un centre équestre et à proximité de maisons et d'écoles. Cet établissement pénitentiaire aurait pu accueillir 90 détenus en fin de peine ou condamnés à moins d'un an de prison, à l'horizon 2022. 

Pour dénoncer ce projet, un collectif de riverains avait manifesté à trois reprises dans les rues du Havre et distribué des centaines de tracts. "C'est un vrai soulagement, assure l'une des porte-parole du collectif Vanessa Héry-Diallo. Cela fait longtemps que l'on attendait cette décision. On est rassurés pour nos enfants, pour notre qualité de vie. C'est une victoire !"

Les habitants craignaient notamment que ce centre ne génère des nuisances sonores, de la délinquances et des allers-et-venues à deux pas de chez eux. 

Face à cette mobilisation, la municipalité a rencontré ce collectif, ainsi que les associations du quartier et les riverains immédiats. Les directeurs des deux écoles concernées ont aussi été contactés par téléphone. "Lorsqu'on l'a rencontré, le maire du Havre nous avait dit qu'il était libre de sa décision et qu'il agirait dans l'intéret du Havre et des Havrais. Il a tenu ses engagements.  

Un projet "au point mort" mais pas enterré

Selon la maire du Havre, "le sujet est clos en ce qui concerne la ville" car après avoir cherché, "aucun autre terrain n'est disponible" pour accueillir une telle structure. Jean-Baptiste Gastinne qui se défend par ailleurs de vouloir "renvoyer la patate chaude" à d'autres communes.

Pour autant, selon une source proche des autorités, ce n'est pas parce qu'un maire prend "une décision unilatérale" comme celle-ci que le projet est complètement enterré. 

"A un an des élections municipales, il n'est pas étonnant que beaucoup de ces projets soient au point mort, précise cette source. Mais ça ne veut pas dire que le dialogue est rompu entre la municipalité et le ministère de la justice."

Les autorités qui maintiennent d'ailleurs l'objectif de 15 000 places de prison supplémentaires d'ici à 2027.

Quoi qu'il en soit, du côté du Mont-Gaillard, on veut croire que ce projet est bel et bien rayé de la carte. Reste à savoir, ce qu'il va advenir du terrain une fois que les écuries Anquetin auront déménagé vers Octeville. 

La mairie promet de lancer prochainement une concertation avec les habitants du quartier pour déterminer l'avenir de cette parcelle de deux hectares.

Choix de la station

France Bleu