Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Politique

Prisonniers basques : mobilisation dimanche sur les plages du Pays Basque

dimanche 5 août 2018 à 17:25 Par Jacques Pons, France Bleu Pays Basque

Plusieurs rassemblements contre la dispersion des prisonniers basques en France et en Espagne ont été organisés dimanche sur les plages du Pays Basque.

Les familles de prisonniers basques à Hendaye
Les familles de prisonniers basques à Hendaye © Radio France - Jacques Pons

Pays Basque, France

Une journée de mobilisation lancée une nouvelle fois par l'association Etxerat (trad. "à la maison!"). Le mouvement des familles et amis de "presoak" (trad. "les prisonniers") demande la fin de la politique d'éloignement des membres d'ETA emprisonnés en France et en Espagne.

Dimanche à midi, près de 200 personnes ont défilé sur la plage d'Hendaye sous les yeux parfois étonnés des baigneurs. Une manifestation lancée depuis le casino d'Hendaye jusqu'à l'embouchure de la Bidassoa marquant la frontière entre France et Espagne. 

Deux mondes se sont cotoyés dimanche sur la plage d'Hendaye - Radio France
Deux mondes se sont cotoyés dimanche sur la plage d'Hendaye © Radio France - Jacques Pons
Vacanciers et familles de prisonniers se croisent à Hendaye - Radio France
Vacanciers et familles de prisonniers se croisent à Hendaye © Radio France - Jacques Pons

Des rassemblements du même type ont été organisé dimanche sur les plages du Pays Basque espagnol. En Biscaye : Muzkiz, Laida, Laga, Laidatxu (Mundaka), Lekeitio et Ondarroa. En Guipuzkoa : Deba, Zarautz, Orio, Mutriku et Donostia.

Les familles de prisonniers basques se disent pénalisées par l'éloignement systématique appliqué depuis des décennies. Des familles obligées de parcourir de grandes distances pour rendre visite aux prisonniers. Or, ces longs parcours sont parfois entrecoupés d'accidents routiers et autres aléas. 

La dispersion des prisonniers basques en France et en Espagne (actualisé le 30 juillet 2018) - Aucun(e)
La dispersion des prisonniers basques en France et en Espagne (actualisé le 30 juillet 2018) - Etxerat

Témoignages de manifestants

Christiane Etxalus est une militante basque depuis longtemps. A plus de 70 ans, cette femme continue de manifester car son mari "est déporté".

Témoignage de Kristiane Etxalus

Parmi les manifestants d'Hendaye, Juan Salazar-Fagoaga. Il voit des signes clairs du coté français mais peu de concret du coté espagnol.

Mesures pour les prisonniers basques en Espagne : on attend le concret selon Juan Salazar-Fagoaga

Une situation qui évolue depuis peu en France

Pour cela, l'organisation terroriste ETA a d'abord remis son arsenal à des représentants de la société civile au Pays Basque français en avril 2017. Un geste historique doublé quelques mois plus tard par l'annonce de la dissolution d'ETA (Euskadi Ta Askatasuna = le pays basque libre) en mai 2018. Depuis, la situation des prisonniers basques en France (une cinquantaine de personnes sont encore concernées aujourd'hui) est en train d'évoluer. 12 prisonniers ont été déplacés dans des établissements pénitenciers du Sud Ouest (Mont de Marsan et Lannemezan). 

Il reste encore à régler le sort des prisonniers en longue peine (plus de vingt ans d'enfermement) et ceux qui sont victimes de maladies graves.

Le changement en Espagne peine à se consolider

En Espagne, l'air du changement souffle à peine depuis un mois et demi. Depuis que le nouveau chef du gouvernement, Pedro Sanchez, a battu le conservateur Mariano Rajoy et son Partido Popular. Depuis la mi-juin Pedro Sanchez se dit partisan d'un geste en faveur des prisonniers basques. D'abord ceux qui ont plus de 70 ans (ils sont trois) et les malades gravement atteints (une vingtaine de personnes concernées). A Hendaye, les familles de prisonniers reconnaissent ce changement mais attendent des actes.