Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Société

Privas : Urgences et Samu entrent à leur tour dans la grève nationale

-
Par , France Bleu Drôme Ardèche

Un préavis de grève illimité a été déposé à partir de ce mercredi au centre hospitalier des Vals d'Ardèche à Privas. Il concerne les personnels des urgences et aussi les assistants de régulation médicale du centre 15.

Privas rejoint la grève déjà suivie depuis près de six mois  à Valence
Privas rejoint la grève déjà suivie depuis près de six mois à Valence © Radio France - Nathalie De Keyzer

Privas, France

Une partie des personnels du service des urgences de l'hôpital de Privas va rejoindre ce mercredi le mouvement national de grogne. Une grève symbolique car les grévistes seront réquisitionnés pour assurer le fonctionnement du service mais c'est un moyen d'afficher leur solidarité avec ce mouvement qui a débuté au printemps. Cette grève se répand aussi en France dans les centres 15. Ce sera le cas ce mercredi au Samu de l'Ardèche. 

Des travailleurs de l'ombre qui ne se sentent pas écoutés

Les assistants de régulation médicale -ceux qui répondent aux appels d'urgence- ont le sentiment d'être oubliés selon Patrick Trintignac, délégué du syndicat Force Ouvrière qui parle de "travailleurs de l'ombre, essentiels dans la chaîne des urgences mais jamais intégrés aux initiatives en faveur des Urgences". Ainsi, ils n'ont pas bénéficié du dispositif d'indemnité forfaitaire de risque mis en place par le gouvernement en juin. A Privas, ils alternent travail de jour et de nuit sans compensation financière. Des contractuels n'y ont pas de perspective d'embauche. Et toujours selon FO, leurs tâches administratives se multiplient au détriment de la gestion des appels d'urgence.

Choix de la station

À venir dansDanssecondess

France Bleu