Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour

Privé de sa subvention municipale, le Journal de Saint-Denis est menacé de disparition

- Mis à jour le -
Par , France Bleu Paris

Lors du dernier conseil municipal, jeudi 17 décembre, Mathieu Hanotin, le maire PS de Saint-Denis a annoncé que la ville ne subventionnera plus le Journal de Saint-Denis. Malgré ce mode de financement, le journal local revendique une indépendance éditoriale. Il risque aujourd'hui de disparaître.

Capture d'écran de la page d'accueil du JSD
Capture d'écran de la page d'accueil du JSD

Un journal local qui donne aussi bien la parole à la municipalité qui le finance qu'à ses opposants, sans éviter les sujets polémiques, c'est cette idée là qu'est censé incarner le Journal de Saint-Denis (JSD), fondé en 1992 alors que la ville était dirigée par les communistes. Élu en juin dernier, Mathieu Hanotin, le nouveau maire socialiste, a décidé de supprimer la subvention accordée par la ville au journal, actant sans doute ainsi sa future disparition.

Subvention supprimée

L'annonce a été faite, jeudi 17 décembre, en pleine séance du conseil municipal consacré au débat d'orientation budgétaire pour l'année 2021. Alors que l'association Communiquer à Saint-Denis qui édite le JSD, avait bénéficié en 2020 d'une subvention municipale de 770.000 euros, Mathieu Hanotin a annoncé qu'elle ne serait pas reconduite l'an prochain. Il souligne "l'extrême complexité d'imaginer un journal indépendant quand il ne bénéficie que de subventions publiques... On voit bien que cela pose un problème structurel. On n'est dans un modèle actuel qui ne correspond plus à une modernité rigoureuse en terme de transparence financière". Sans cette subvention qui représente la quasi-majorité des finances du JSD, impossible pour le journal de continuer.

Crise éditoriale en interne

L'élu socialiste fait également référence à la crise éditoriale que traverse le journal, distribué à 51.000 habitants, chaque mercredi. Il y a quelques semaines, Yann Lalande, avait annoncé sa démission de son poste de directeur de la rédaction. Il affirme qu'après l'assassinat de Samuel Paty, l'un de ses éditos dénonçant l'islamisme radical, a été refusé par certains membres de la rédaction. "La crise interne au JSD qui a abouti à la démission du directeur est l'un des facteurs déclenchant", explique Mathieu Hanotin, devant le conseil municipal.

Yann Lalande, joint par France Bleu Paris, ce vendredi, n'est pas surpris par l'annonce. "On s'y attendait un peu puisque l'une des solutions aurait été la nomination d'un nouveau directeur mais le dernier candidat s'est désisté", explique-t-il. "C'est la rédaction qui s'est tirée une balle dans le pied"

L'ancien directeur de la rédaction regrette la disparition de ce journal qui s'était démarqué, selon lui, grâce à son indépendance vis-à-vis des élus, malgré son mode de financement. "Le maire découvrait le journal le mercredi comme chaque habitant". Aucun membre de la municipalité ne siège au conseil d'administration depuis plusieurs années. Le JSD "c'est un ovni dans le paysage français de la presse locale", insiste Yann Lalande.

"Mathieu Hanotin a profité de la crise pour tuer le journal"

Le maire devait recevoir ce vendredi le directeur de l'association Communiquer à Saint-Denis pour évoquer la situation et l'avenir, sans doute, des dix salariés du journal. Une rédaction composée en grande majorité de jeunes Dyonisiens. L'un d'entre eux, contacté par France Bleu Paris, ne cache pas sa déception et tacle le maire : "Mathieu Hanotin a profité de la crise interne pour tuer le journal, il aurait pu nous donner un délai supplémentaire, il ne l'a pas fait donc c'est une décision politique". La rédaction avait demandé, semble-t-il, à la mairie un délais supplémentaire, jusqu'en février, pour régler ses problèmes internes.

L'opposition dénonce une décision "politique"

Dans l'opposition, beaucoup d'élus dénoncent également une décision "politique". C'est l'avis de David Proult, conseiller municipal  (PCF). "Il y a 30 ans, les élus de cette ville ont voulu sortir du format traditionnel du journal de communication dont le contenu et la forme sont définis par les élus de la majorité et ont souhaité créer un journal d'informations locales avec une rédaction indépendante et aujourd'hui, Mathieu Hanotin a décidé d'enterrer cette histoire." Ancien adjoint du précédent maire, Laurent Russier, il a lui même été mis en cause dans des articles du JSD parfois : "Ce journal a pu parfois m'énerver, m'agacer mais c'était d'une certaine manière, sa raison d'être".

"Une perte de pluralité" - David Proult, élu d'opposition PCF à Saint-Denis

Une "décision douloureuse" mais inévitable pour la mairie

Katy Bontinck, actuelle première adjointe au maire, parle d'une "décision douloureuse" mais inévitable d'un point de vue financier. "Depuis juillet on cherchait à définir un nouveau modèle économique avec l'association Communiquer à Saint-Denis et ce travail est tombé dans une impasse", explique-t-elle. "Il fallait que le montant de la subvention accordée au JSD corresponde à un projet viable dans le temps, ce qui n'était pas le cas". 

"Le journal ne nous appartient pas" - Katy Bontinck, première adjointe au maire de Saint-Denis

La ville ne renoncera pas pour autant à "informer et à communiquer sur tout ce qui se passe dans la ville", a assuré Mathieu Hanotin, jeudi soir. Un appel à projets sera lancé auprès de plusieurs associations. "On a beaucoup de jeunes qui veulent lancer des web-radio ou des web-tv", affirme Katy Bontinck. L'argent de la subvention du JSD récupéré pourrait alors servir à financer ces nouvelles initiatives. La ville va aussi développer son service communication avec l'arrivée d'une nouvelle directrice, début janvier. La création d'un "magazine municipal" n'est pas exclu.

"Une décision douloureuse" - Katy Bontinck, première adjointe au maire de Saint-Denis

Le journal a réagi dans la soirée :

"Vous retrouverez tout de même dans vos boîtes aux lettres, le prochain numéro (potentiellement le dernier) du JSD le 13 janvier. Merci pour vos nombreux messages de soutien qui nous rappellent que ce journal était lu et qu’il vous était avant tout destiné."

Choix de la station

À venir dansDanssecondess