Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour

Privés de piste de danse, les élèves de l'école de DJ du Futuroscope "ont les doigts qui les démangent"

-
Par , France Bleu Poitou

Depuis la fermeture des discothèques imposée par l'épidémie de Covid, les apprentis DJ de l'UCPA, l'école du Futuroscope, ressentent un réel manque "de ne plus faire danser les gens".

Clémence alias wYlo, jeune DJ formée à l'école UCPA du Futuroscope.
Clémence alias wYlo, jeune DJ formée à l'école UCPA du Futuroscope. © Radio France - Jules Brelaz

"Vous êtes chauds Poitiers, prêts à mettre le feu au dancefloor ?" Cette formule a beau être surannée, les élèves de l'UCPA, l'école de DJ du Futuroscope installée à Chasseneuil-du-Poitou, rêvent depuis des mois du moment où ils pourront à nouveau la prononcer. Alors que le gouvernement a décrété en mars la fermeture des établissements de nuit pour tenter d'enrayer l'épidémie de coronavirus, les "David Guetta" de demain se retrouvent privés de piste de danse et donc du "cœur de leur métier".

"Notre métier c'est de faire danser les gens"

"Pas de dancefloor, pas de travail, pas de prise d'expérience" résume Clémence alias DJ wYlo, diplômée l'an dernier de l'UCPA. "Pour le travail en entreprise vu que ça se fait en alternance, ça n'a pas été possible; on a certes pu suivre les cours à distance de chez nous, mais pour toute la partie expérience professionnelle, indissociable de ce que l'on fait ici à l'école, on n'a pas pu s'exercer à ce niveau-là et ça a été un peu dommage." 

"C'est vraiment quelque chose qui manque"

Directeur des écoles UCPA de Lyon et Poitiers, Pascal Tassy reconnaît qu'une sensation de "manque" bien réelle est ressentie par un grand nombre de ses élèves. Parmi les cents élèves diplômés chaque année, "ceux qui travaillent en temps normal pour les discothèques sont souvent au chômage partiel et ils ont les doigts qui les démangent." 

"Ils ont une envie forcenée de faire danser"

"Par contre, les autres élèves bossent, travaillent, dans les bars à ambiance musicale, les bars de nuit, dans tout le secteur de l'événementiel, pour les mariages, les camping, les bowlings, les patinoires..." Clémence par exemple a ainsi poursuivre son alternance et mixer aujourd'hui au Futuroscope lors de sets d'ambiance en journée et en soirée.

Les débouchés sont nombreux, assure Pascal Tassy, "malgré le Covid-19". Le nombre de demandes d'inscription pour la rentrée de novembre n'aurait pas diminué. "L'envie de mixer est plus forte que la pandémie !"

Choix de la station

À venir dansDanssecondess