Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour

Procès Bettencourt : le tribunal rend son jugement ce jeudi à Bordeaux

-
Par , France Bleu Gironde

La justice se prononce ce jeudi devant le tribunal correctionnel de Bordeaux dans les deux premiers volets de l'affaire Bettencourt. François-Marie Banier risque trois ans de prison ferme. Eric Woerth pourrait être relaxé. Epilogue d'un procès hors-norme.

Un procès hors-norme qui s'est tenu durant cinq semaines en début d'année à Bordeaux
Un procès hors-norme qui s'est tenu durant cinq semaines en début d'année à Bordeaux - maxppp

C'est ce jeudi à 14 heures que le tribunal correctionnel de Bordeaux rendra son jugement dans les deux premiers procès Bettencourt, pour le volet abus de faiblesse où ils étaient dix prévenus ; et pour le volet trafic d'influence , où seuls Eric Woerth et Patrice de Maistre , étaient poursuivis.

Le procès pour abus de faiblesse a duré cinq semaines (entre le 26 janvier et le 26 février 2015). Ils étaient dix à être poursuivis, soupçonnés d’avoir profité des largesses de l’héritière de l’Oréal, atteinte de la maladie d'Alzheimer. Quatre peines de prison ferme ont été requises dans ce premier procès : trois ans de prison ferme et 375 000 euros d’amende contre François-Marie Banier ; trois ans dont 18 mois ferme et 375 000 euros d’amende contre Patrice de Maistre, et contre Martin d’Orgeval, le compagnon du photographe; et deux ans contre Carlos Vejarano, l’ancien gestionnaire de l’île d’Arros aux Seychelles. La relaxe a été demandé pour les autres prévenus dont Eric Woerth et l’ex-infirmier de la milliardaire qui a fait une tentative de suicide la veille de l’ouverture du procès.

Le deuxième procès dans le volet trafic d’influence, en mars, s’est achevé sur une demande de relaxe du Ministère public pour Eric Woerth l’ex-trésôrier de la campagne présidentielle 2007 de Nicolas Sarkozy, et pour Patrice de Maistre le gestionnaire de fortune de la milliardaire ; le premier ayant été accusé d’avoir donné la Légion d’honneur au second, en échange d’un emploi pour l’épouse de l’ex-ministre UMP.

Vers une relaxe d'Eric Woerth?

L’ombre de Nicolas Sarkozy , qui a finalement bénéficié d’un non lieu dans ce dossier Bettencourt , a plané sur ce procès. Claire Thibout , témoin-clé de l’accusation , ex-comptable de Liliane Bettencourt a maintenu ses accusations de financement de la campagne présidentielle en 2007 et d’échanges d’enveloppes.  *"Sous prétexte que 400.000 euros sont arrivés chez les Bettencourt le 5 février et que M. de Maistre a rencontré M. Woerth le 7 février, on se dit : Ah, voilà l'argent !"* , s’est emporté maître Le Borgne, l’avocat d’Eric Woerth durant sa plaidoirie, mais il ne faut pas confondre "concomitance" et "causalité" . Restent les "coïncidences" de dates entre deux rendez-vous, en janvier et février 2007, entre Patrice de Maistre et Éric Woerth, que tous deux ont reconnus, et le rapatriement de sommes depuis les comptes en Suisse de Liliane Bettencourt. Le Parquet a réclamé la relaxe expliquant qu’il n’y avait que des "coïncidences troublantes mais pas de preuves"** .

Dans le deuxième procès sur le volet trafic d’influence, la relaxe a aussi été réclamé pour Eric Woerth et Patrice de Maistre.

François-Marie Banier cible numéro 1

Photographe et ami de la milliardaire ou escroc ? C’est la question que doit trancher le tribunal de Bordeaux. Tantôt agaçant, fascinant ou décalé, François-Marie Banier a fait le show durant les cinq semaines du procès, à la barre, et sur le banc des prévenus, où il s’est permis, par exemple, de lire Antigone au vu et au su du Tribunal, durant les plaidoiries des avocats de la famille Bettencourt.

C’est lui qui risque le plus dans ce procès : trois ans de prison ferme et 375 000 euros d’amende. Il a été la cible principale de Françoise Bettencourt, la fille et petits-fils. Il a été qualifié de "césar de la délinquance" par maître Ducos-Ader. Et le procureur de la République Gérard Aldigé dans ses réquisitions, l’a comparé à un "gourou" , ou "une araignée qui tisse sa toile" , car il connaissait la vulnérabilité de Liliane Bettencourt depuis 2006. Selon le procureur de la République, François-Marie Banier a touché plus de 400 millions d'euros sur cette seule période de 2006/2011 . C'est "l'équivalent du budget de la Région Limousin" a précisé le procureur.

C'était Dallas pour le public

L’affaire Bettencourt dans son seul volet abus de faiblesse, ce sont 24 gros tomes rouges alignés devant le président du tribunal Denis Roucou, pendant cinq semaines. Ce sont aussi 160 journalistes accrédités et deux salles dédiés. Mais également un public nombreux et fidèle venu assister aux débats, ébahi par les déchirements d’une famille et les sommes qui font tourner les têtes. C’était "Dallas", "mieux qu’une pièce de théâtre" pour certains.

A LIRE AUSSI

► Le procès Bettencourt, c'est "Dallas"pour le public► Le procès Bettencourt en 10 citations (1re partie)► Le procès Bettencourt en 10 citations (2e partie)

Choix de la station

À venir dansDanssecondess