Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour

Professeur tué dans les Yvelines : un rassemblement organisé ce dimanche à Nantes et à la Roche-sur-Yon

- Mis à jour le -
Par , France Bleu Loire Océan

Au lendemain du meurtre d'un professeur d'histoire, dans les Yvelines, la Fédération syndicale unitaire (FSU) de Loire-Atlantique appelle à un rassemblement, ce dimanche après-midi devant la préfecture des Pays de la Loire pour "rendre hommage à notre collègue victime d'un crime abject".

Un rassemblement est organisée, ce dimanche devant la préfecture des Pays de la Loire, à Nantes, à l'appel de la FSU, trois jours après le meurtre d'un enseignant dans les Yvelines.
Un rassemblement est organisée, ce dimanche devant la préfecture des Pays de la Loire, à Nantes, à l'appel de la FSU, trois jours après le meurtre d'un enseignant dans les Yvelines. © Radio France - Pascal Roche

"En hommage à notre collègue Samuel Paty victime d'un crime abject parce qu'il exerçait son métier, la FSU 44 appelle à un rassemblement", écrit sobrement, Céline Sierra, la co-secrétaire départementale du SNUIPP-FSU 44. Au lendemain de la décapitation d'un enseignant à Conflans-Sainte-Honorine, dans les Yvelines, un appel à la mobilisation est lancé, ce dimanche à 15 heures devant la préfecture des Pays de la Loire, à Nantes.  Un rassemblement aura aussi lieu à la Roche-sur-Yon en Vendée place Napoléon à la même heure. 

"L'horreur absolue, il n'y a pas d'autre mot"

Comme à Nantes, de nombreuses manifestations ont été organisées, ce samedi, et les rassemblements seront encore multiples, ce dimanche dans toute la France. "On n'y croit toujours pas et on a du mal à se projeter sur le fait qu'un collègue se fasse assassiner à cause d'un cours d'histoire, confie Bernard Valin, membre du syndicat FSU et professeur d'histoire dans un collège de Saint-Sébastien-sur-Loire. En arriver là, c'est l'horreur absolue, il n'y a pas d'autre mot. On a franchi un cap dans la violence, on a franchi un cap dans la bêtise humaine et on a franchi un cap dans le fait où nous enseignants, _on est maintenant confrontés à des gens capables de tuer un membre de l'Éducation nationale parce-que ce qu'il propose en classe ne lui convient pas_. On va avoir une pression énorme."

Au lendemain du meurtre de cet enseignant, à Conflans-Sainte-Honorine (Yvelines), de nombreuses personnalités politiques de Loire-Atlantique et de Vendée leur effroi et leur soutien à l'égard du corps enseignant. L'agresseur présumé, a lui été tué par la police, dans la ville voisine d'Eragny (Val-d'Oise). Le parquet national antiterroriste s'est immédiatement saisi de l'affaire. Ce samedi, le procureur national antiterroriste Jean-François Ricard, a indiqué que neuf personnes sont en garde à vue dans le cadre de cette enquête ouverte pour "assassinat en relation avec une entreprise terroriste" et "association de malfaiteurs terroriste criminelle".

Choix de la station

À venir dansDanssecondess