Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Société

Projet de bains douches exclusivement réservés aux femmes sans abris dans Paris

lundi 7 mai 2018 à 3:37 Par Nathalie Doménégo, France Bleu Paris et France Bleu

Il existe une quarantaine de bain-douches à Paris. Mixtes, ils sont en réalité très peu fréquentés par les femmes sans domicile. C'est pourquoi le Samu social fait appel à une campagne de financement participatif pour créer un lieu d'accueil uniquement pour les femmes.

Les femmes à la rue, plus démunies que les hommes, face à l'hygiène et la propreté
Les femmes à la rue, plus démunies que les hommes, face à l'hygiène et la propreté © Maxppp -

Paris, France

Le saviez vous ? il existe une quarantaine de bain-douches à Paris. Mixtes, mais en réalité surtout fréquentés par des hommes (Les femmes ne représentent que 10% des personnes qui les fréquentent, d'après une étude de l'obervatoire du Samu social.) 

C'est pourquoi le Samu social de Paris envisage de créer un nouveau site dédié au bien être et à l'hygiène des femmes sans-abris, financé par une campagne de crowdfunding (financement participatif).

À Paris, le seul accueil de jour dédié aux femmes, la Halte Femmes, ne compte qu’une douche

Pour de nombreuses femmes sans-abri, maintenir son corps propre répond à un désir de normalité leur permettant de garder une estime d’elle-même. Rester propre c’est aussi pour certaines une façon de masquer ses difficultés, de ne pas être identifiée comme une personne à la rue, et donc vulnérable.

Les femmes qui n’ont pas de protection intime utilisent essentiellement le papier toilette pour la moitié d’entre elles

Elles se changent dans les toilettes publiques, 30 % dans les cafés bars ou restaurants. Donner accès à un lieu où l’intimité soit préservée, la parole libérée pour aborder ses difficultés, où elles puissent avoir accès à des consultations infirmières et gynécologiques, être orientées lorsque nécessaire, telles sont les réponses que le Samu social de Paris souhaite apporter à travers ce projet.

Ce lieu d'hygiène et de santé exclusivement réservé aux femmes sans domicile va répondre à un besoin crucial, estiment Elina, ex SDF, et Nicole, aide-soignante. Elles témoignent aux micro de Nathalie Doménégo.

Le projet se construira autour d’un site de douche municipale dédié par la Ville de Paris. 

Il offrira un espace permettant l’accueil, les services d’hygiène, des permanences médico-sociales et l’orientation vers des structures ressources présentes sur le territoire parisien pour faciliter l’accès aux droits et au logement de ces femmes.

Objectif de cette campagne de financement participatif : récolter 100.000 euros

Un mois après le début de la campagne d'appel aux dons, le 9 avril 2018, le Samu Social a déjà obtenu 15.000 euros. C'est un premier palier. 

Faire un don et contribuer à cette campagne de financement participatif sur le site de kisskissbankbank

En fonction des fonds qui seront collectés par la campagne de crowdfunding sur la plateforme KissKissBankBank, le projet pourra s’agréger différents services parmi lesquels la distribution de kits d’hygiène et de serviettes propres, des bilans infirmiers, des consultations gynécologiques, des consultations sur les violences etc. Chaque palier financé permettra donc d’améliorer les prestations d’accueil.

Nicole, aide soignante au Samu social de Paris, et Elina, ancienne femme sans-abris - Radio France
Nicole, aide soignante au Samu social de Paris, et Elina, ancienne femme sans-abris © Radio France - Nathalie Doménégo

Elina, 50 ans, est aujourd'hui comédienne. Elle a passé 15 ans de sa vie à la rue et préférait se maquiller plutôt que de se rendre aux bains-douches publics car elle ne s'y sentait pas en sécurité. Au point de sentir mauvais et de ne plus s'en rendre compte. 

Elle témoigne

Ce futur lieu d'accueil exclusivement réservé aux femmes leur permettront de se laver, de s'occuper de leur santé, avec des professionnelles, et de recevoir des accessoires indispensables au quotidien, tels que des serviettes hygiéniques. Car bien souvent, les femmes à la rue doivent se débrouiller avec le système D lorsqu'elles ont leurs règles : trouver du papier toilette... voir même du papier journal...

... comme le raconte Elina...

Le reportage grand format, par Nathalie Doménégo