Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour

Projet immobilier abandonné rue de Fontcarrade à Montpellier

- Mis à jour le -
Par , France Bleu Hérault

Le promoteur renonce à la construction de 45 logements à Montpellier. L'association Non Au Béton avait déposé un recours estimant que des arbres avaient été illégalement coupés sur la parcelle. Le tribunal administratif avait demandé un permis modificatif, ce que le promoteur refuse.

Chantier (photo d'illustration)
Chantier (photo d'illustration) © Radio France - Sébastien Garnier

Il n'y aura pas d'immeuble au 210 rue de Fontcarrade, entre les quartiers Figuerolles et la cité Gély à Montpellier. Le promoteur Sogeprom-Pragma jette l'éponge. Il réaffirme "ne jamais avoir effectué un quelconque abattage d’arbres sur les parcelles  mais doute qu’ils puissent poursuivre ce projet dont le développement ne sera possible qu’à l’issue de justifications juridiques chronophages". 

La justice ordonnait une modification du permis de construire 

Fin décembre, le tribunal administratif avait "donné raison" à l'association Non Au Béton qui avait déposé un recours estimant en substance qu'il y avait une irrégularité au niveau du nombre d'arbres plantés sur la parcelle. Ce jugement obligeait le promoteur a déposer un permis de construire modificatif, ce qu'il ne fera donc pas. Quelque 45 logements et 50 places de stationnement étaient prévus sur cette parcelle de 2.300 mètres carrés. 

C'est un signal fort envoyé à tous les promoteurs qui doivent savoir qu'on ne fait pas n'importe quoi avec des arbres présents sur une parcelle

"C'est une grande satisfaction pour nous et pour la cinquantaine de riverains qui s'étaient joints au recours devant le tribunal, réagit Alain Berthet vice président et porte parole de l'association Non Au Béton. Nous savons qu'une demande de retrait du permis pour fraude était instruite à la mairie. Je pense que le promoteur a voulu évité l'affront et a préféré renoncer de lui-même. C'est un signal très fort envoyé à tous les promoteurs qui devraient comprendre qu'on ne peut pas faire n'importe quoi avec des arbres présents sur une parcelle."

Sogreprom-Pragma se défend

Dans un communiqué  le groupe Sogeprom-Pragma  précise que le jugement intervenu le 24 décembre dernier  "ne repose pas sur un supposé abattage d’arbres mais sur l’inexactitude du volet paysager". Des conclusions effectuées "sur la base d’un constat fait depuis l’extérieur du terrain (et donc imprécis)" que l'entreprise conteste. Elle promet de transmettre au Tribunal Administratif le rapport réalisé par son cabinet d’expertise. 

Alain Berthet porte parole de Non au Béton se réjouit de cet abandon

Choix de la station

À venir dansDanssecondess