Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Société

Protection des données personnelles : Facebook va devoir payer une amende de cinq milliards de dollars

-
Par , France Bleu

Selon des médias américains, l'agence de régulation fédérale (FTC) américaine a conclu un accord avec Facebook prévoyant une amende record de 5 milliards de dollars pour les manquements en matière de protection des données personnelles. Le ministère de la Justice doit encore donner son feu vert.

Facebook pourrait payer une amende record de 5 milliards de dollars  pour ses manquements en matière de protection des données personnelles (photo d'illustration)
Facebook pourrait payer une amende record de 5 milliards de dollars pour ses manquements en matière de protection des données personnelles (photo d'illustration) © Maxppp - LUONG THAI LINH

C’est inédit. Facebook va devoir verser une amende record de 5 milliards de dollars (environ 4,4 milliards d'euros) pour ses manquements en matière de protection des données personnelles, ont annoncé plusieurs médias américains vendredi. D'après le Wall Street Journal, l'accord à l'amiable devrait aussi comporter des restrictions sur la façon dont Facebook utilise les données personnelles. L'accord a été validé par les commissaires de l'agence de régulation fédérale (FTC) par trois voix contre deux, selon le quotidien des affaires. Les deux commissaires démocrates se sont opposés à la décision alors que les trois républicains ont voté pour. Le ministère de la Justice américain doit encore donner son feu vert.

Des restrictions pas assez sévères pour des associations de défense des consommateurs

"Nous ne connaissons pas encore les aspects essentiels du règlement à l'amiable : est-ce que Facebook doit procéder à des changements dans son 'business model' ou dans sa façon de faire des affaires ?", a commenté prudemment Charlotte Slaiman, chargée de la concurrence au sein de l'association de défense des consommateurs Public Knowledge. 

La Bourse a favorablement réagi à l'annonce de cet accord, ce qui laisse à penser que les restrictions sur l’utilisation des données personnelles ne seront pas trop sévères. L'action du réseau social a atteint son plus haut niveau de l'année pour finir à près de 205 dollars vendredi.

Toutefois, d'autres associations se veulent plus optimistes, à l'image du Center for Democracy and Technology, interrogé par l'AFP. "Cette amende record montre l'importance de la régulation des données à l'ère du numérique. La FTC a ainsi averti toutes les entreprises qu'elles devaient protéger l'information privée", a souligné Nuala O'Connor, présidente de cette ONG de défense des libertés en ligne.

Plus de 2,7 milliards d'utilisateurs actifs mensuels

Les données personnelles de ses plus de 2,7 milliards d'utilisateurs actifs mensuels sont le bien le plus précieux de Facebook, qui les collecte et les exploite pour en tirer d'immenses revenus publicitaires grâce à un ciblage très affiné. "Il y a une centralisation des données personnelles sans équivalent à l'échelle de la planète", a rappelé Nicolas Arpagian, spécialiste de cybersécurité, ce samedi sur franceinfo, invitant chacun à être "sans cesse vigilant à ce que l'on publie sur les réseaux."

Car c'est à cause de la façon dont ces données sont utilisées que le réseau social se trouve depuis deux ans dans la tourmente et fait face à une grave crise de confiance. L'enquête de la FTC visait à déterminer si Facebook avait enfreint un accord à l'amiable de 2011 dans lequel il s'engageait déjà au respect des données personnelles et à la transparence concernant leur utilisation. Elle a été ouverte après l'éclatement en mars 2018 du scandale des fuites de données vers la firme britannique Cambridge Analytica.

Facebook s'attendait à une amende de cet ordre et avait annoncé fin avril avoir fait des provisions de trois milliards de dollars, tout en précisant qu'il pourrait devoir payer jusqu'à cinq milliards de dollars. Cette amende égratignera à peine la santé financière de l'entreprise co-fondée par Mark Zuckerberg. Pour son exercice 2018, Facebook a affiché une santé de fer avec 22 milliards de dollars de bénéfice pour un chiffre d'affaires de 55 milliards. Et, même amputé des provisions, le bénéfice net a atteint 2,43 milliards de dollars au premier trimestre.