Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Dossier : Attentats de janvier 2015, le procès

Une de Charlie Hebdo : un geste "fou et courageux" pour le dessinateur icaunais Christian Flamand

-
Par , France Bleu Auxerre, France Bleu

Cinq ans après les attentats de janvier 2015, qui ont décimé une partie de la rédaction de Charlie Hebdo, le procès s'ouvre ce mercredi à Paris. A cette occasion, l'hebdomadaire satirique republie des caricatures de Mahomet. Le dessinateur icaunais Christian Flamand salue le courage du journal.

Une de Charlie Hebdo après l'attentat du 7 janvier 2015.
Une de Charlie Hebdo après l'attentat du 7 janvier 2015. © Radio France - Rachel Noël

"Nous ne renoncerons jamais". Ce mercredi 2 septembre, Charlie Hebdo republie les douze caricatures du prophète Mahomet, celles-là mêmes qui avaient fait du journal la cible des terroristes Chérif et Saïd Kouachi le 7 janvier 2015. 

Un geste "indispensable"

Cinq ans et demi plus tard, le procès des attaques de Charlie Hebdo et de l'Hyper Cacher s'ouvre à Paris. Quatorze accusés seront jugés jusqu'au 10 novembre devant une cour d'assises spéciale. Ils sont soupçonnés d'être, à des degrés plus ou moins différents, des soutiens logistiques aux frères Kouachi et d'Amédy Coulibaly. 

Pour le dessinateur icaunais Christian Flamand, cette nouvelle une de Charlie Hebdo est un geste "indispensable". "C'est à la fois un geste fou, et un geste courageux. Je vais l'acheter déjà par curiosité, pas forcément comme un pied de nez. Et je le répète, ce qu'il faut, c'est ce que ces dessins soient drôles. Souvent des gens se permettent des choses pour choquer, alors que c'est complètement stupide et pas drôle. C'est cela aussi qu'il faut juger. On peut rire de tout, si c'est drôle". Christian Flamand, qui a connu Georges Wolinski et Cabu, éprouve toujours un mélange de "colère et d'incompréhension" aujourd'hui. "C'était les personnes les plus gentilles du monde. Les crétins qui ont commis ces actes ont tué les gens qui les défendaient le mieux." 

Christian Flamand qui admet que l'attentat du 7 janvier a marqué sa manière de travailler et de dessiner. "Avant on avait une idée rigolote, ça nous faisait marrer, ça faisait marrer nos potes : on la sortait. Maintenant, quand on fait quelque chose qui a l'air politiquement incorrect, on s'interroge. Sans forcément se dire qu'on risque de se prendre une balle de kalachnikov, ça ne va pas aussi loin. Mais on se pose des questions."

Choix de la station

À venir dansDanssecondess