Société

Pussigny : les habitants excédés par le bruit de la LGV

Par Kevin Blondelle, France Bleu Touraine lundi 17 juillet 2017 à 6:00

Dominique Brunet, maire de Pussigny, entourée de riverains excédés
Dominique Brunet, maire de Pussigny, entourée de riverains excédés © Radio France - Kévin Blondelle

Il y a deux semaines était lancée la ligne à grande vitesse Paris-Bordeaux, au grand bonheur des usagers qui font désormais le trajet en 2 heures environ, mais au grand désarroi des riverains du hameau de Sauvage à Pussigny qui n'en peuvent plus du bruit des trains qui passent.

Il y avait déjà le bruit incessant de l'autoroute A10 auquel les habitants du hameau de Sauvage à Pussigny avaient fini par s'habituer tant bien que mal. Il faut désormais composer aussi avec celui de la LGV, moins omniprésent mais bien plus impressionnant. Depuis quinze jours et l'inauguration officielle de la ligne, c'est l'enfer disent ces riverains. "Durant les tests, les trains roulaient moins vite, même si c'était déjà impressionnant. Là, ils vont à plus de 300km/h, ce qui fait un bruit énorme, on dirait des avions de chasse, on les entend même avec toutes les fenêtres fermées" témoigne l'un d'eux qui vit à Pussigny depuis 60 ans. Il y a bien des murs anti-bruit, installés durant les travaux par la société de construction LISEA, mais cela ne suffit pas. "Ils sont trop bas, et comme le village est en hauteur, le bruit passe au dessus" se désole Dominique Brunet, maire de Pussigny, la commune qui englobe aussi le hameau de Sauvage qui se trouve à 150 mètres de la ligne à grande vitesse. Elle a donc écrit à Vinci ainsi qu'à LISEA pour demander des installations acoustiques plus efficaces.

Aucune intervention prévue du constructeur de la ligne

Pour répondre aux plaintes de plusieurs autres communes qui se trouvent sur la ligne Bordeaux-Paris, le constructeur LISEA a assuré que des travaux seraient effectués sur 100 sites sélectionnés, la plupart se trouvant à moins de 100 mètres de la ligne, c'est l'un de ses principaux critères. Or, Sauvage s'en trouve à environ 150 mètres . Pour le moment seuls de nouveaux tests pour évaluer le bruit des trains sont prévus pour la fin de l'année.