Passer au contenu

Le média
de la vie locale

Publicité
Logo France Bleu

Coronavirus : Stéphane est confiné dans sa voiture sur une aire de camping-cars à Orcines (Puy-de-Dôme)

Par

Sans port d'attache, Stéphane, travailleur intérimaire dans le bâtiment, est confiné dans sa voiture. Son dernier contrat de travail l'a amené à Clermont-Ferrand. Et c'est à proximité, sur une aire de camping-cars à Orcines, qu'il passe ses journées et ses nuits, en attendant la fin du confinement.

Le véhicule utilitaire de Stéphane sur l'aire de camping-cars d'Orcines Le véhicule utilitaire de Stéphane sur l'aire de camping-cars d'Orcines
Le véhicule utilitaire de Stéphane sur l'aire de camping-cars d'Orcines © Radio France - jean-Pierre de Mongelas

Confiné dehors ! Le paradoxe ne fait pas vraiment rire Stéphane, qui a stationné sa voiture sur l'aire d’accueil des camping-cars d'Orcines, au pied du Puy-de-Dôme. Originaire de l'Allier, ce travailleur du bâtiment sans domicile fixe se déplace au gré des contrats d'intérim. Le dernier l'a conduit à Clermont- Ferrand. Un contrat qu'il n'a pu honorer jusqu’à son terme en raison de l'épidémie de coronavirus : face à la crise sanitaire, son employeur a dû stopper le chantier. 

Publicité
Logo France Bleu

Pas de toilettes, mais du wifi

Le mardi 17 mars, premier jour du confinement, Stéphane a envisagé de rejoindre le domicile de ses parents, dans le département voisin. Mais c'était faire courir un risque de contamination à ces deux septuagénaires à la santé fragile. 

Les journées sont longues pour Stéphane confiné dans sa voiture © Radio France - Jean-Pierre de Mongelas

Stéphane, qui préfère garder l'anonymat, s'est donc retrouvé coincé. Avec ses modestes revenus, le confinement à l'hôtel n'était pas envisageable. Sa fourgonnette sommairement aménagée fera donc l'affaire. "J'ai cherché le camping le plus proche sur Internet et je me suis retrouvé ici". Pas vraiment un camping mais plutôt une aire d’accueil pour les camping-cars, quasiment déserte à cette période de l'année. Seul le camping-car d'un couple de Belges occupe également les lieux, en attendant la fin du confinement.

"On se débrouille, j'ai fait l'armée, ça sert!"

Après deux semaines de confinement, Stéphane a pris son mal en patience et occupe au mieux l'espace réduit de sa voiture. Il n'a pas de télévision, mais l'aire d’accueil dispose du wifi pour le téléphone portable. "On n'est pas coupé du monde, on a de l'eau, le wifi, le chauffage dans la voiture et la supérette pour faire les course à 900 mètres. On a tout ce qui faut", explique, presque enthousiaste, ce naufragé du confinement, qui paie six euros par jour le droit de profiter de l'aire de repos. 

C'est oublier un peu vite l'absence de toilettes et de douches, dont sont pourvues les camping-cars mais pas sa voiture ! Mais qu'importe. "S'il le faut, je suis prêt à passer un mois ici", jure Stéphane, qui a pour seule occupation la découverte de la nature environnante. Mais attention : pas à plus d'un kilomètre de sa fourgonnette !

Ma France : Économies d’énergie

Hausse généralisée du coût de la vie, risque de pénurie d’électricité ou de gaz, phénomènes climatiques extrêmes : ces crises bouleversent nos quotidiens, transforment nos modes de vie, nous poussent à dessiner les contours d’horizons nouveaux. Pour répondre à ces défis, France Bleu et Make.org lancent une grande consultation citoyenne autour des économies d’énergie. Prenez position sur ces solutions & proposez les vôtres !

Publicité
Logo France Bleu