Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Société

Puy-de-Dôme : le maire de Pignols en colère contre les néoruraux de sa commune

-
Par , France Bleu Pays d'Auvergne, France Bleu

Après avoir reçu des plaintes de plusieurs administrés contre des déjections d'abeilles dans la commune, le maire de Pignols a exprimé son ras-le-bol sur Facebook, s'en prenant implicitement aux "néoruraux", selon lui incapables de comprendre la vie en milieu rural.

Eglise de Pignols
Eglise de Pignols © Maxppp - JLBELTRAN/PHOTO PQR/LA MONTAGNE

Pignols, France

Sur Facebook, les mots sont durs et les partages nombreux : Christophe Georges est en colère, et si tous les nouveaux habitants "ne sont pas à mettre dans le même panier", il espère "une remise en question" de ceux qui lui ont adressé des plaintes quant à des nuisances dues aux abeilles d'un couple d'apiculteurs de la commune.

Interrogé, le couple ne souhaite pas polémiquer, et appelle à l'apaisement : Stéphanie et Dominique espèrent avant tout ne pas troubler la vie de leur commune.

Au delà de cette polémique, ce cas particulier révèle un mal plus profond selon le maire Christophe Georges : "Aujourd'hui on a des habitants qui arrivent dans nos campagnes, qui ne voient que les avantages, puis ils se rendent compte qu'il y a aussi des inconvénients. Il faut avoir un peu de tolérance, hein !"

Avec l'arrivée de ces néoruraux, le maire de Pignols fait face à un véritable paradoxe : "On est passé de 200 à 320 habitants en quelques années, c'est très bien, mais il y a un vrai manque d'implication des concitoyens dans la vie de la commune. On fait une réunion publique, on est à peine 15 dont 7 élus municipaux. Pour le 14 juillet, on a dû annuler le dîner prévu parce qu'il n'y avait quasiment personne." Et l'élu, agriculteur dans le civil, de pointer la mentalité des nouveaux arrivants : "Avec les collègues agriculteurs, quand on fait des traitements dans nos parcelles, on arrive régulièrement à des complaintes de gens qui nous reprochent de faire ce type d'activité ! On a même eu des personnes qui se plaignaient de bruits la nuit en période estivale pour la récolte de certains fourrages ou céréales !"

Christophe Georges arrive en fin de mandat en 2020 et assure qu'il ne se représentera pas à la tête de sa commune. En cause, son activité professionnelle qui lui prend beaucoup de temps, mais aussi ces plaintes qui ont créé, à force, une forte lassitude chez l'élu.