Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour

Puy-de-Dôme: La polémique enfle après la démolition de la source de Croizat par la ville de la Bourboule

-
Par , France Bleu Pays d'Auvergne

La mairie de La Bourboule (Puy-de-Dôme) a lancé des travaux le 14 avril pour détruire les aménagements du site de la source d’eau chaude de Croizat qui lui appartient. Ces travaux de mise en sécurité ont enflammé les réseaux sociaux. Une pétition pour la réhabiliter circule sur facebook.

Rémi Carruttys et son fils devant la source Croizat après la démolition des bassins. La pétition sur sa page Facebook à recueillie à ce jour près de 6000 signatures.
Rémi Carruttys et son fils devant la source Croizat après la démolition des bassins. La pétition sur sa page Facebook à recueillie à ce jour près de 6000 signatures. © Radio France - Jean-Pierre de Mongelas

Ne cherchez plus le réservoir d'eau chaude et les bassins de la source d'eau chaude naturelle de Croizat située sur la commune du Mont-dore au bord de la Dordogne, ils n'existent plus. Le 14 avril a la demande de la mairie de la Bourboule propriétaire de la source, les engins de chantier sont entrés en action. Les infrastructures autour de la source ont été détruites pour des raisons de sécurité car l'accès en pente est dangereux précise François Constantin le maire de la Bourboule. 

Mais ce n'est pas la seule raison, depuis 2016 un arrêté préfectoral interdit la baignade dans le réservoir en béton et les bassins aménagés autour en raison aussi des incivilités, des détritus abandonnés, de comportements à caractère sexuel équivoques qui nécessitent régulièrement l'intervention des gendarmes. 

35.000 personnes qui viennent se baigner à l'année selon le maire

François Constantin pointe aussi la sur fréquentation du site "Cette source a été longtemps le secret des Bourbouliens et des habitants du massif du Sancy, mais à partir du moment où on a crée des accès facilités, les gens sont venus de plus en plus nombreux et on en a parlé sur internet à tel point que l'été dernier on a compté 25.000 personnes sur ce site qui fait quelques dizaines de mètres carrés seulement , il fallait que ça s'arrête même si je le regrette, ça devenait trop dangereux on aurait eu de graves problèmes !" A l'année ce sont 35.000 personnes qui viennent se baigner d'après le maire dans ces eaux arsenicales réputées pour leurs effets bénéfiques pour l'asthme et la peau. 

Le site de baignade de la source de Croizat au bord de la Dordogne avant sa démolition
Le site de baignade de la source de Croizat au bord de la Dordogne avant sa démolition - Fico Gomez

Une pétition en ligne recueille prés de 6.000 signatures à ce jour

Cette destruction a provoqué de nombreuses réactions indignées chez les internautes de la région et bien au delà. Une pétition demandant la restauration du site a été mise en ligne, elle récolte près de 6.000 signatures pour le moment. A coté de commentaires apaisés circulent aussi des messages de menaces et des insultes. Rémi Carruttys le regrette et s'inquiète "certaines personnes annoncent qu'elles vont venir en camionnettes pour tout détruire et reconstruire, des gens de toute la France annoncent qu'ils souhaitent créer une ZAD, une zone de non-droit sur le site ça serait une aberration totalement inimaginable et pas souhaitable." 

Mais Rémi pointe aussi la responsabilité du maire de La Bourboule et déplore un manque de communication de sa part. "le maire a procédé à la démolition de la source sans concertation, pendant le confinement ce qui a attisé la colère des gens. En plus il ne propose même pas un nouveau projet d'aménagement. Maintenant il n'y a plus qu'un mur de pierre et un robinet d'où l'eau à 35° coule directement dans la Dordogne". 

Pas de projet de réaménagement dans l'immédiat

François Constantin se défend d'avoir agi en catimini. Le projet de démolition du site de la source de Croizat était inscrit en toutes lettres dans le budget municipal, une dépense de 18.000 euros. "Personne n'a posé la moindre question à ce sujet durant le conseil municipal sinon j'aurais répondu" tient-il à préciser. 

Dans l'immédiat la municipalité de la Bourboule n'a pas mis à l'étude un projet de réaménagement du site de la source comme le souhaitaient les opposants à la démolition, en revanche une étude de projet va être lancée pour penser le réaménagement des bords de la Dordogne entre le Mont-Dore et la Bourboule mais il s'agira essentiellement de mise en place de panneaux signalétiques. Une association dont l'objectif est de porter un vrai projet de réhabilitation pour le site de la source Croizat est en cours de création.

Choix de la station

À venir dansDanssecondess