Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Société

Pyrénées-Atlantiques | À Monein, contre vent et marées : ils veulent garder leur école de quartier

-
Par , France Bleu Béarn

Les parents d'élèves de l'école de Monein-Castet viennent de lancer une pétition pour que leur école reste ouverte à la rentrée prochaine. La mairie de Monein veut transférer l'unique classe de l'école pour regrouper au même endroit tous les enfants de la commune, au centre du village, qui accueille déjà plus de 330 écoliers. Mais Castet tient à son école et à sa pédagogie particulière.

Devant l'école de Monein-Castet, les parents sont prêts à en découdre pour défendre "leur" école
Devant l'école de Monein-Castet, les parents sont prêts à en découdre pour défendre "leur" école © Radio France

Les écoles de quartier, comme on les appelle à Monein, ont eu le vent en poupe jusque dans les années 70. Un temps, la commune, très éclatée géographiquement, en comptait sept. Cela évitait aux enfants de parcourir les kilomètres qui séparent les différents hameaux du centre du bourg. Mais depuis quelques décennies, suivant le même mouvement que dans le reste du pays, les écoliers ont été regroupés dans une seule école, au coeur de Monein. Toutes les écoles de quartier ont successivement fermé leurs portes. Toutes? Non, une école résiste encore et toujours à l'envahisseur. Celle de Castet. Une école qui rappelle celles de l'époque de Jules Ferry et des hussards noirs de la République. Avec son préau, sa verdure, son relatif isolement et sa quiétude. Le cadre est buccolique.

Une école à la pédagogie particulière

C'est là que depuis 23 ans s'est installé un enseignant, un maître d'école adepte de la pédagogie Freinet. Très peu pratiquée en France, elle offre un autre rapport à l'école, très centré sur l'enfant. Les parents sont invités à s'investir et même à venir en classe. À Castet, tous les niveaux scolaires, de la maternelle au CM2, se cotoient dans une seule et même classe. Cette année, ils sont 22 écoliers inscrits.

L'école, à vrai dire, n'a plus grand chose à voir avec une école de quartier, au sens historique du terme. Selon la mairie, seul un enfant habite vraiment à Castet. Les parents eux, avancent le chiffre de 9 écoliers qui habitent à proximité. Mais le débat n'est pas là. Le problème, cette fois, n'est pas les kilomètres que les parents devront avaler chaque matin pour déposer leurs enfants à l'école. La preuve, certains habitent au bourg, et parcourent chaque matin la distance pour se rendre dans cette école de Castet et y déposer leurs enfants. Le problème, c'est que cette école nécessite d'être rénovée.

"Elle n'est plus aux normes", explique Yves Salenave Péhé, le maire de Monein. "Surtout depuis la réforme des rythmes scolaires: on est normalement obligés de disposer d'une autre salle que la salle de classe, pour accueillir les activités. Ce n'est pas le cas actuellement, il faudrait rénover la deuxième salle de classe" . Elle n'est plus utilisée depuis des années, et tout y est à refaire. "On passe à travers le plancher si jamais on s'y aventure" , précise l'une des mamans, devant l'école de Castet.

Des travaux de rénovation beaucoup trop coûteux

La mairie a chiffré les travaux et présente un devis de 174.815 euros pour les travaux de rénovation nécessaires au Castet. La somme couvre la mise au normes électriques, la rénovation des deux salles de classe, un ravalement de façade, ou encore les travaux de mise en accessibilité. "Une somme exagérée" , tranche de son côté l'un des parents d'élève, Stéphane Lechit. Un autre "ami de l'école de Castet" (le nom de l'association de défense de l'école de quartier) évoque des travaux auxquels les parents pourraient participer. Le prix du devis pourrait baisser. On évoque un chantier d'insertion. Une rénovation plus modeste. Toutes les idées sont bonnes pour contrer les chiffres avancés par la mairie. C'est vrai que comparés aux 23.000 euros investis récemment pour rénover l'école du bourg, qui accueille les 334 autres enfants de la commune, l'investissement pour remettre l'école de Castet aux normes paraît disproportionné .

Le maire de Monein justifie le transfert de l'école de Castet vers le groupe scolaire du centre bourg.

"La commune ne peut pas mettre 174.000 euros pour 22 écoliers à Castet, quand on n'en a mis que 23.000 euros pour tous les autres" , juge le maire. Yves Salenave Péhé explique que la goutte d'eau, c'est la mise en place récente des rythmes scolaires. "On est obligé d'envoyer du personnel à l'école de Castet. Parfois pour s'occuper de deux enfants. C'est intenable, au niveau des coûts."

Les parents d'élèves, eux, n'en démordent pas. "Ça ne rime à rien de comparer ces chiffres, s'emporte une maman dont les trois enfants seront passés sur les bancs de Castet. Pour les travaux, forcément, on a laissé cette école se délabrer. Mais il faut voir aussi ce qu'apporte cette école." Une alternative à l'école traditionnelle. "Un moyen d'attirer de nouveaux parents sensibles à cette pédagogie , ajoute Stéphane Lechit. Si je me suis installé ici au moment d'avoir des enfants, c'est parce qu'on savait que cette école existait et qu'on voulait ce type de pédagogie pour eux."

L'un des parents d'élèves de Castet estime que cette école de quartier est un atout pour toute la commune

Dans son bureau, à la mairie, Yves Salenave Péhé s'agace. Il s'est engagé, lors d'une réunion, le 15 octobre dernier, à tout faire pour que la classe de Castet, son enseignant et sa pédagogie puissent prendre vie dans les locaux du groupe communal. "Les premiers contacts avec l'inspection académique, qui décidera en dernier ressort, sont bons" , note le maire. En clair, à côté des neuf autres classes de la commune, l'enseignant de Castet conserverait sa classe à plusieurs niveaux, dans "des locaux rénovés, adaptés, et beaucoup moins coûteux pour la collectivité."

Le transfert de l'école proposé par la mairie, les parents n'en veulent pas

Mais l'idée ne plaît pas aux parents de Castet. Ils sont certains que l'esprit et la pédagogie auxquels ils sont si attachés ne survivraient pas dans les locaux du groupe scolaire. "Une posture élitiste voire égoïste" écrit la mairie en conclusion d'un document qui regroupe les arguments en faveur du transfert de la classe de Castet vers le bourg. "Les parents d'élèves sont convaincus d'avoir sous la main un paradis fondé sur des méthodes pédagogiques d'avant-garde, sur un maître d'élite. Un paradis qui selon eux ne se transfère pas."

  Avec en creux, l'idée que ces parents d'élèves ne veulent pas se mélanger avec les autres enfants du centre bourg. Un "argument ridicule", pour les amis de l'Ecole de Castet, qui entendent bien défendre leur façon de voir les choses. Ils ont lancé une pétition en ligne, et ils organisent le 7 novembre prochain une réunion publique pour convaincre les autres habitants de Monein du bien fondé de leur combat.

Choix de la station

France Bleu