Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Société

Pyrénées : une manifestation contre la "montagne payante"

-
Par , France Bleu Béarn

Une cinquantaine de personnes ont manifesté sur la route des Lacs de Néouvielle, à Aragnouet, pour protester contre la mise en place d'horodateurs sur le parking d'Artigusse. Ils dénoncent un projet de "montagne payante" et une tarification prohibitive.

Le nouvel horodateur du parking d'Artigusse, un des accès aux lacs du Néouvielle.
Le nouvel horodateur du parking d'Artigusse, un des accès aux lacs du Néouvielle. © Radio France - Evan Lebastard

Aragnouet, France

Il faut désormais payer pour randonner dans le Néouvielle. 3,5€ pour une heure, 10€ pour la journée. Des horodateurs ont été installés au parking d'Artigusse, à Aragnouet. Ils étaient une cinquantaine d'opposants à ces parkings payants à manifester samedi matin sur la route des Lacs du Néouvielle, à l'appel d'Alipy (Association libres Pyrénées).

Quelques gilets jaunes étaient avec l'association Alipy pour protester contre les horodateurs. - Radio France
Quelques gilets jaunes étaient avec l'association Alipy pour protester contre les horodateurs. © Radio France - Evan Lebastard

Dans leurs slogans et sur leurs pancartes, ils réclament un accès libre à la montagne. De son côté le Syndicat intercommunal (SIVU) d'Aure-Néouvielle défend un projet nécessaire pour financer les aménagements pour la randonnée.

"Pas de politique de tourisme estival"

"Ca nous paraît excessif, alors qu'on dépense des  millions pour les stations de skis. Que ce soit la remontée à Peyragudes, les canons à neige ..." explique Serge Dulout, co-président de l'association Alipy. "L'argent on voit qu'il y en a. Quand on nous dit qu'il faut faire payer les parkings, on n'y croit pas."

Pour Serge Dulout le problème va chercher plus loin, "il n'y a pas de politique de tourisme estival dans ce département" assure-t-il. "_Tout est axé sur le ski_. On pense que laisser les parkings gratuits et faciliter l'accès à la montagne c'est investir pour le tourisme d'été."

Ne pas faire payer les aménagements au contribuable

De son côté, Jean Mouniq, président du SIVU et maire d'Aragnouet estime que "c'est dans l'intérêt des contribuables des quatre communes du SIVU, de financer les aménagements avec ces horodateurs." Pour lui, tous les partis ont été entendus et écoutés, et "les décisions prisent dans l'intérêt général."

Les prix du parking sont jugés prohibitifs par les opposants. - Radio France
Les prix du parking sont jugés prohibitifs par les opposants. © Radio France - Evan Lebastard

Quand à l'hypothèse de faire financer ces aménagements par une autre entité que le SIVU comme proposé par certains militants, c'est impossible selon Jean Mouniq. "L'Etat a diminué de plus de 30% les dotations aux communes, dont la mienne et la région ne participe pas à ce type d'investissement."

Un panneau d'interdiction de stationner tous les 10 mètres

Au-delà des prix prohibitifs, la manière dont cela a été fait est aussi critiqué par Alipy. Treize panneaux d'interdiction de stationner ont été installés sur 150 mètres, un tous les dix mètres. Au-delà du principe même de parking payant, l'aménagement dénature le paysage selon les opposants.

Le "parking de l'absurde" et ses treize panneaux en file indienne. - Radio France
Le "parking de l'absurde" et ses treize panneaux en file indienne. © Radio France - Evan Lebastard

Jean Mouniq assure qu'une réunion de concertation sur ce sujet aura lieu à la fin de la saison, entre le SIVU et les associations mobilisées notamment.