Société

Qualité de l’eau : en Ile-de-France, la Seine-et-Marne et le Val-d’Oise sont les plus mal notés par Que Choisir

Par Martine Bréson, France Bleu Paris Région jeudi 27 février 2014 à 5:00

 La qualité de l'eau dans les communes françaises (Paris)
La qualité de l'eau dans les communes françaises (Paris) © DR

Paris et la petite couronne s’en sortent bien. L’UFC-Que choisir a analysé l’eau du robinet. L'association de consommateurs a mis en valeur la présence de six contaminants : les nitrates, les pesticides, les bactéries, le sélénium, l’aluminium et la radioactivité. Pour que l’eau soit jugée bonne, il fallait moins de 5% d’analyses non-conformes.

Entre 5 et 25% d'analyses non-conformes et l’eau est qualifiée de Passable , entre 25 et 50% elle est Médiocre , entre 50 et 75% elle est Mauvaise et avec plus de 75% d’analyses non-conformes l’eau est jugée Très mauvaise.

Les pollutions avec des pesticides touche fortement le réseau de Coulommiers en Seine-et-Marne et un réseau sur deux à Magny-en-Vexin dans le Val- d’Oise.

P eau pollution agricole

Les nitrates sont forts dans un réseau sur deux à Provins en Seine-et- Marne.

Les pollution en sélénium touche un réseau sur les deux de Saint- Fargeau-Ponthierry en Seine-et-Marne.

Pour savoir si l’eau est bonne dans votre commune utilisez la carte interactive de Que choisir

L’eau de 36.600 communes a été analysée.

Par rapport à la dernière analyse de l’association, publiée en 2012, UFC-Que choisir note que 280 000 consommateurs supplémentaires bénéficient  désormais d’une eau de bonne qualité . Cela veut dire que 98% de Français boivent une eau conforme aux critères réglementaires. Mais cette amélioration notable ne doit pas masquer les deux "errements de la politique de l’eau en France" : à savoir, presque 1,5 million de consommateurs continuent à payer pour une eau non conforme , mais aussi et surtout la bonne qualité de l’eau potable est souvent obtenue grâce à une dépollution qui coute très cher aux consommateurs. Pour Que choisir, il manque donc une réelle politique de prévention.

En tête on trouve les pollutions d’origine agricole (63%) (pesticide,nitrates sélénium), 33% de pollution sont dues à des defauts de traitement de l’eau (dosage du chlore insuffisant, dépassement des teneurs en aluminium) et 4% de pollution viennent de la radioactivité naturelle.

Les pollutions sont toujours majoritairement retrouvés dans des petites communes (500 habitants en moyenne ) situées en zone rurale.

Les conseil de Que choisir pour les consommateurs

Laissez couler l’eau quelques instants avant de la boire. Dans le cas où l’odeur est marquée, il suffit de laisser l’eau s’aérer , par exemple dans une carafe ouverte.

Lorsque la concentration en nitrates est comprise entre 50 et 100 mg/l, l’eau ne doit pas être consommée par les femmes enceintes et les nourrissons . Si elle est égale ou supérieure à 100 mg/l, l’eau ne doit être utilisée pour aucun usage alimentaire .

S eau

Partager sur :