Société

A quand des ponts "anti-suicide" dans les Deux Charentes ?

Par Romain Asselin, France Bleu La Rochelle et France Bleu lundi 12 octobre 2015 à 10:56 Mis à jour le lundi 12 octobre 2015 à 11:00

Le Pont de l'île de Ré bientôt équipé de gardes-corps anti-suicide ?
Le Pont de l'île de Ré bientôt équipé de gardes-corps anti-suicide ? © Radio France

Que font les conseils départementaux de Charente et de Charente-Maritime pour lutter contre les suicides depuis le haut des ponts ? Aujourd'hui, rien. Mais la donne pourrait changer.

Ils sont empruntés chaque jour par des milliers de véhicules. Mais sont parfois le théâtre de sauts dans le vide mortels. Malgré les nombreux drames recensés chaque année, aucun pont des Deux Charentes n'est équipé, à ce jour, de dispositif anti-suicide. 

C'est pourtant l'un des secteurs en France où le taux de suicide est le plus élevé. Quatre à cinq suicides par an depuis le viaduc de l'Anguienne, entre Soyaux et Angoulême. Idem pour le pont de Martrou à Rochefort, encore endeuillé la semaine dernière. Une femme s'est jetée dans le vide. Les ponts d'Oléron et de Ré sont aussi particulièrement touchés.

Des gardes-corps ? Cela diminuerait le taux de suicide. Le passage à l'acte suicidaire est impulsif. On ne peut pas imaginer quelqu'un qui va escalader, qui va mettre du temps à se précipiter dans le vide" - Patrick Rivière, Président de l'association régional de prévention du suicide

Le problème est pris à bras le corps dans certains départements de France. C'est en effet le conseil départemental qui s'occupe des ponts. Plusieurs viaducs sont désormais équipés de filets, grilles ou autres barreaux anti-franchissement. 

Mais en Charente-Maritime et en Charente, par exemple, on y a jamais vraiment pensé. Notre dossier a le mérite de lancer la réflexion Romain Asselin

7h/ ENRO suicide pont