Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Société

Quand deux noms de la gastronomie s'associent pour lancer un CAP Cuisine à Aurillac

jeudi 7 septembre 2017 à 20:12 Par Charlotte Jousserand, France Bleu Pays d'Auvergne

Christian Vabret a signé un partenariat avec l'institut Paul Bocuse pour ouvrir un CAP de cuisine. La formation, destinée à des adultes, ouvre en janvier 2018.

Christian Vabret a ouvert son école de boulangerie et de patisserie en 1990
Christian Vabret a ouvert son école de boulangerie et de patisserie en 1990 © Radio France - Lebfevre

Aurillac, France

Le CAP cuisine va accueillir dès janvier 2018, une première session de 24 élèves, suivie d'une deuxième. C'est le résultat du partenariat signé entre l'institut Paul Bocuse et l'Ecole Française de Pâtisserie et de Boulangerie de Christian Vabret.

"Cela va dans la continuité", explique Christian Vabret, "l'idée c'était de conforter le travail que nous avons fait en formation continue à Aurillac en boulangerie et pâtisserie et d'enrichir tous ces côtés de la gastronomie française par la cuisine pour compléter de manière à avoir un pôle de compétence".

7 mois de cours pour 12.000 euros

Concrètement la formation se passe dans l'école de Christian Vabret à Aurillac mais avec des professeurs de l'institut lyonnais. La formation dure 7 mois avec un mois en entreprise, le reste à l'école. La formation coûte 12.000 euros car ce CAP cuisine s'adresse à des adultes, très souvent en reconversion explique Christian Vabret : "La reconversion c'est souvent des gens qui ont 35-40 ans, beaucoup ont fait des métiers classiques et ils veulent revenir sur des métiers manuels".

Après la formation, les apprentis ne deviendront pas immédiatement des grands chefs : "Nous on a toujours dit qu'après cette formation de base, il fallait apprendre dans des établissements car il faut de la rapidité et de l'expérience".

Pour le moment, l'école Française de Pâtisserie et de Boulangerie a reçu une cinquantaines de dossiers.