Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Dossier : Confinement - Coronavirus : 100% solidaire

Quand le confinement prive des femmes SDF d'un lieu d'accueil de jour à Grenoble

-
Par , France Bleu Isère, France Bleu

À cause du confinement, l'association Femmes SDF, créée en 2004 à Grenoble, a dû fermer ses portes. Un havre de paix dont sont privées depuis un mois et demi les femmes en errance de l'agglo grenobloise. Elles espèrent en franchir de nouveau le seuil après le 11 mai, mais ce sera en petits groupes.

Scène de vie au local de Femmes SDF, avant la fermeture pour cause de confinement
Scène de vie au local de Femmes SDF, avant la fermeture pour cause de confinement - Flore Lenacg

Le local de l'association Femmes SDF à Grenoble est un lieu unique où, la journée, les femmes en errance peuvent se poser, se reposer, se laver, faire la cuisine, être écoutées, accompagnées dans leurs démarches. Bref, c'est un cocon pour se mettre à l'abri, quelques heures, loin des dangers de la rue. 

627 personnes accueillies en 2019, dont 219 enfants

En 2019, l'association a reçu 408 femmes et 219 enfants. Soit une augmentation de 30 % par rapport  2018. Depuis la fermeture, les trois salariées appellent en moyenne, quotidiennement, 20 femmes dont elles ont les numéros pour prendre de leurs nouvelles, leur indiquer les lieux de soins ou de distribution alimentaire. 

Garder le lien n'est pas toujours facile

"Celles que nous pouvons contacter, environ une soixantaine, ont trouvé un hébergement d'urgence, car la trêve hivernale a été repoussée au 31 mai. " explique Alexia Choquet, directrice par intérim de Femmes SDF. "Mais pour les autres, on ne sait pas. On espère qu'elles ont trouvé une solution. Il y en a aussi que l'on ne connait pas, qui nous appelle, comme cette femme, récemment, qui dormait dans son camion car le 115 était saturé."

Le confinement accroît la galère

En période de confinement, la galère est encore  plus grande qu'en temps normal pour les femmes à la rue ou dans la  précarité. «Avec le confinement, les petites difficultés deviennent de  gros problèmes, parce que  c’est compliqué de se déplacer, parce que ça prend plus de temps de  récupérer son courrier quand on est sans adresse. (Il faut prendre  rendez-vous avec le centre de domiciliation.) En fait, toutes les  démarches ont été ralenties, ce qui complexifie tous les  accompagnements » souligne Alexia Choquet 

Dans le local, une cuisine permet aux femmes de mitonner des petits plats et de les partager le lundi
Dans le local, une cuisine permet aux femmes de mitonner des petits plats et de les partager le lundi - Julien Paquin

Des femmes seules, avec des enfants qu'il faut nourrir car plus d'école et donc plus de cantine

Il y a des femmes sans adresse et des femmes qui ont un toit mais sans pas de revenus et quand elles ont des enfants, c'est compliqué. "Je pense à cette mère de famille qui a deux petites filles. L'école est fermée et il n'y a plus de cantine. Donc, cette maman a du mal à nourrir ses filles, matin, midi et soir. Heureusement, il y a des distributions alimentaires."

L'association Femmes SDF espèrent rouvrir après le 11 mai mais cela se fera très progressivement, et par petits groupes. " On réfléchit à une nouvelle manière d'accueillir, dans le respect des gestes barrières. On a besoin de masques et de gel. Les femmes nous disent que ce lieu leur manque. Cela nous touche beaucoup, on sait qu'on leur est utile."

S'écrire pour rompre l'isolement

En attendant de les revoir, l'association a lancé un projet à distance, baptisé : le co-vide se remplit de mots. "L'idée c'est que les femmes envoient des petits poèmes, des phrases du style, pour moi, le confinement, c'est... pour moi, le local vide, c'est...Et toutes ces réflexions seront assemblées dans un grand texte commun qu'elles découvriront quand elle reviendront dans ce lieu qui leur est cher." s'enthousiasme Alexia Choquet

Un dessin qui raconte la vie au local
Un dessin qui raconte la vie au local - Maya

On peut aider Femme SDF en donnant des masques ou du gel, en appelant au 0603315425. Rappelons que Femmes SDF a inspiré le film : Les invisibles, de Louis-Julien Petit, avec Corinne Masiero et Audrey Lamy. 

Choix de la station

À venir dansDanssecondess

France Bleu