Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Société

Quand les "gueux" privés d'internet à Vitry-aux-Loges interpellent le Conseil Départemental du Loiret

mardi 11 septembre 2018 à 10:19 Par Anne Oger, France Bleu Orléans

Une quarantaine d'habitants de Vitry-aux-Loges ont fondé cet été le collectif "bienvenue chez les gueux", pour dire qu'ils ne supportent plus d'habiter une zone blanche, sans internet et sans réseau mobile la plupart du temps. Ils ont rencontré le président du Conseil départemental du Loiret

L'arrivée à Vitry aux Loges sur la départementale 9 (image facebook "bienvenue chez les gueux")
L'arrivée à Vitry aux Loges sur la départementale 9 (image facebook "bienvenue chez les gueux") - Page FB bienvenue chez les gueux

Vitry-aux-Loges, France

Stéphane Roy a fait construire il y a deux ans à Vitry-aux-Loges, sur la route de Fay-aux-Loges, au cœur de la forêt d'Orléans. "J'ai compris assez vite que ce serait compliqué au niveau du réseau mobile, les artisans, les services, tout le monde m'appelait sur le portable, et on n'arrivait jamais à se parler, ça ne passait pas". Stéphane ne connaissait pas la situation sur la commune, quand il s'est installé. "On découvre ça au jour le jour, personne ne nous dit rien". Il décrit un quotidien compliqué, pour passer un coup de fil, mais difficile, aussi, quand il s'agit de naviguer sur internet : "acheter en ligne, par exemple, c'est la grande mode. Eh bien nous on ne peut pas, parce que le SMS de validation que vous envoie votre banque n'arrive jamais".

Je déclare mes impôts en ligne, mais je ne le fais pas de chez moi, je vais chez une amie à Orléans, avec mon ordinateur

Vincent Berge, lui, raconte comment il fait pour faire sa déclaration d'impôts en ligne : "je dois aller chez une amie, qui habite à Orléans. Je viens avec mon ordinateur, et je fais ma déclaration". Chez Vincent Berge et Tecla Perigois, membres tous les deux du collectif "Bienvenue chez les gueux", il y a moins de deux mégabits de débit. "Avec ça on ne peut que consulter nos mails. Parfois on se dit que ça va mieux, ça charge, mais les temps de réponse des serveurs sont trop longs, alors il faut tout recommencer"

Une page facebook "Bienvenue chez les gueux"

Ces habitants ont donc créé un collectif, et installé un panneau à l'entrée de la commune : "Vous entrez dans une zone blanche, ni téléphone mobile, ni internet haut débit, bienvenue chez les gueux". Par l'intermédiaire d'un groupe sur le réseau Facebook, et bientôt d'une page dédiée à leur combat, ils espèrent recueillir les témoignages d'autres habitants du Loiret, concernés, eux aussi, par ce problème des zones blanches. Ils sont soutenus par le député Modem Richard Ramos, lui-même confronté à ce problème, dans sa commune de Fay-aux-Loges. "Avec Vincent Berge, pour se parler au téléphone, on doit parfois faire plusieurs kilomètres pour trouver du réseau". Il rappelle que l'État a signé en janvier dernier un accord avec les opérateurs de téléphonie mobile, pour tenter de régler ce problème. 

17.000 foyers concernés dans le Loiret

Ce lundi 11 septembre, le collectif a rencontré le président du Conseil départemental du Loiret, Marc Gaudet. Qui lui a expliqué que depuis 2004, le raccordement des loirétains au réseau internet, est une priorité du département, qui a déjà investi des dizaines de millions d'euros dans le déploiement du haut débit, puis du très haut débit. Une nouvelle délégation de service public est en préparation, pour la période 2019-2025. Et là l'objectif c'est de doter l'ensemble des habitants du Loiret du haut débit. Le chantier est immense, aujourd'hui 17.000 foyers dans le Loiret sont en-dessous des huit mégabits de débit internet, le seuil raisonnable fixé par l'Union Européenne. 

Dans le passé, c'était l'accès à l'eau qu'on nous demandait, aujourd'hui c'est internet, tout cela prend du temps

"Le déploiement se fait progressivement" explique Marc Gaudet, "mais c'est vrai que c'est la loi du marché, les opérateurs s'intéressent surtout aux zones denses, le département essaie de corriger cela et il apporte les moyens financiers. Je ferais une comparaison : _il y a des années, le défi c'était l'accès à l'eau potable, cela a pris des années_. Puis c'était l'assainissement, cela aussi ça a pris du temps. Aujourd'hui c'est internet, et c'est indispensable, certains trouvent que ça ne va pas assez vite, mais on agit"

Des membres du collectif Bienvenue chez les Gueux avec le député Modem Richard Ramos - Radio France
Des membres du collectif Bienvenue chez les Gueux avec le député Modem Richard Ramos © Radio France - Anne Oger

Une nouvelle technologie, la THD radio

Aux "gueux" de Vitry-aux-Loges, Marc Gaudet a expliqué que la commune pourra bénéficier d'une nouvelle technologie, la THD radio, qui consiste à installer des relais près des zones faiblement desservies, pour distribuer la 4G dans les foyers. Une quarantaine de communes du Loiret bénéficieront de cette solution, en attendant le raccordement à la fibre. Une expérimentation a d'ailleurs lieu ce mardi à Mainvilliers, dans le malesherbois, où les débits internet sont particulièrement bas. 

On veut rassembler ceux qui comme nous, se sentent considérés comme des citoyens de seconde zone, donc des gueux

Face à ces annonces, le collectif "Bienvenue chez les gueux" reste prudent. "Nous attendons de voir, mais nous savons de toute façon que tout cela prendra du temps, et nous ne sommes pas sûrs que cette technologie marchera chez nous, nous sommes en pleine forêt d'Orléans" rappelle Vincent Berge. Tecla Perigois, elle, annonce la création d'une page facebook, pour recueillir les témoignages d'autres loirétains privés eux aussi d'internet et de réseau mobile. "Nous ne sommes pas les seuls, et nous voulons nous faire entendre".