Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Société

Quand les médecins se mettent dans la peau des malades grâce à une appli mobile

lundi 4 décembre 2017 à 9:18 Par Marion Chantreau, France Bleu Azur

Vingt-cinq soignants du CHU de Nice ont participé à une expérience pour vivre le quotidien des patients durant 48 heures. Grâce à une application mobile, ils se sont mis à la place de personnes souffrant de maladies inflammatoires chroniques de l'intestin, comme la maladie de Crohn.

L'hôpital L'Archet 2 à Nice abrite le service de gastro-entérologie qui s'est soumis à l'expérience
L'hôpital L'Archet 2 à Nice abrite le service de gastro-entérologie qui s'est soumis à l'expérience © Maxppp - .

Nice, France

Une application baptisée "In Their Shoes": "dans leurs chaussures", conçue à la base par des Américains, pour vivre au rythme des malades, se soumettre à leurs contraintes. L'application a été enrichie par des patients experts, dont fait partie l'Azuréen Eric Balez. Ce quinquagénaire souffre depuis l'âge de 14 ans d'une rectocolite hémorragique, il a donc apporté son vécu, son expérience.

Reportage au service de gastro-entérologie du CHU de Nice

Mieux accompagner les patients en se mettant à leur place

250.000 personnes sont atteintes en France de maladies inflammatoires des intestins, avec 30 nouveaux cas chaque jour. Un mal invisible mais qui entraîne des conséquences professionnelles et sociales très handicapantes. Ces maladies se déclarent généralement vers l'âge de 20 ou 30 ans.

Des traitements permettent de mieux vivre avec mais on ne guérit pas, d'où l'importance d'améliorer la prise en charge au quotidien rappelle le professeur Xavier Hébuterne qui dirige le service de Gastro-entérologie du CHU de Nice.

Une sensibilisation qui vise à faire évoluer les pratiques médicales. L'empathie fait partie du traitement, or les patients peuvent avoir l'impression de n'être pas entendus, ils ont parfois honte aussi, raconte Eric Balez, qui a participé au débriefing des personnels du service, après ces 48 heures.