Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Société

Quartier Bordeaux-Maritime : des mesures pour lutter contre l'insécurité

-
Par , France Bleu Gironde

La mairie de Bordeaux, la préfecture de Gironde et la Direction départementale de la sécurité publique se sont réunies ce mercredi pour trouver des solutions pour améliorer la sécurité des habitants et faire un bilan sur le dispositif quartier de reconquête républicaine à Bordeaux-Maritime.

Le maire de Bordeaux, la préfète de la Gironde et le DDSP se sont réunis pour parler de la sécurité dans le quartier Bordeaux-Maritime
Le maire de Bordeaux, la préfète de la Gironde et le DDSP se sont réunis pour parler de la sécurité dans le quartier Bordeaux-Maritime © Radio France - Louise Buyens

Bordeaux, France

Un comité de pilotage s'est tenu ce mercredi entre le maire de Bordeaux, Nicolas Florian, la préfète de la Gironde, Fabienne Buccio et le directeur de la direction départementale de la sécurité publique, Patrick Mairesse, pour tenter d'endiguer le phénomène d'insécurité dans le quartier Bordeaux-Maritime. Dans ce quartier, le sentiment d'insécurité est plus fort qu'ailleurs en raison de la délinquance et des incivilités parmi lesquelles des rodéos motorisés en pleine nuit ou encore du trafic de drogues.

Une série de mesures contre l'insécurité

"Je ne laisserai pas la ville sombrer dans une insécurité quotidienne", annonce d'emblée Nicolas Florian, le maire de Bordeaux. 

A quelques mois des élections municipales, de nombreuses annonces ont été faites par l'édile concernant la sécurité dans le quartier Bordeaux-Maritime. 

  • Recrutement d'une vingtaine de fonctionnaires de police municipale.
  • Création d'une brigade canine
  • Mise en place d'un dispositif de rappel à l'ordre à destination des jeunes qui sont "au bord de basculer dans la délinquance". Concrètement, les parents de ces jeunes seront reçus par des élus de la ville de Bordeaux pour les alerter. 
  • Un meilleur maillage des caméras de vidéosurveillance dans le quartier, auxquelles la police aura accès. Pour lutter contre leur dégradation, le maire envisage de déployer un drone pour filmer les zones tendues

Par ailleurs, la municipalité travaille sur la possibilité d'équiper d'armes létales la police municipale du quartier. 

Bilan du quartier de reconquête républicaine

Le quartier Bordeaux-Maritime fait partie du dispositif quartier de reconquête républicaine depuis février 2018 pour régler les problèmes d'insécurité. "Il y a eu des résultats positifs", annonce Fabienne Buccio, la préfète de la Gironde. "Le quartier Bordeaux-Maritime représentait 15% de la délinquance de Bordeaux, actuellement, on est passé à 10%", ajoute-t-elle. La préfète n'a pas voulu communiquer le chiffre global de la délinquance à Bordeaux, renvoyant à début 2020 et à la publication des chiffres nationaux par le ministère de l'Intérieur, "les préfets déclineront le chiffre au niveau des départements et avec des focus sur les villes", dit-elle.

Depuis l'entrée du quartier dans ce dispositif, une quinzaine de policiers ont été déployés, principalement pour agir la nuit, et les interpellations ont augmenté de 64%, notamment sur le trafic de drogues. Les chaussées ont également été aménagées avec des ralentisseurs pour limiter le phénomène de rodéos motorisés. 

Les habitants ne voient pas la différence

Malgré les mesures déjà mises en place, les habitants du quartier ne constatent pas vraiment d'amélioration. Selon eux, la police n'est pas plus visible et des chauffards continuent de rouler très vite dans les rues. 

"Il y a un groupe devant le port de la Lune qui fait du trafic de drogues au vu et au su de tout le monde donc quand on passe devant c'est sûr qu'il y a un sentiment d'insécurité, ils prennent un peu en otage les habitants. Il faudrait qu'on voit plus la police", raconte Chantal, habitante du quartier. 

"Je ne vois pas qu'il y a plus de policiers, ni de caméras mais on voit les jeunes qui vont vite et qui font des rodéos, ça fait peur", témoigne Jean, un autre riverain. 

Choix de la station

À venir dansDanssecondess

France Bleu