Société

Dans le quartier du Breil-Malville à Nantes, des parents manifestent contre les armes à feu

Par Louis de Bergevin, France Bleu Loire Océan et France Bleu jeudi 19 octobre 2017 à 20:17

Le message des parents de Breil Malville est simple : "Stop à la violence"
Le message des parents de Breil Malville est simple : "Stop à la violence" © Radio France - Louis de Bergevin

Une vingtaine de parents ont bloqué ce jeudi matin un rond-point du boulevard Pierre de Coubertin. Ils ont peur pour leurs enfants, surtout. Des tirs d'armes à feu, parfois d'armes lourdes retentissent dans le quartier.

Devant le rond-point bloqué avec des chaises, des tables et des poubelles, un bouchon se forme ce jeudi matin. Les automobilistes énervés se demandent ce qu'il se passe. Face à eux, une vingtaine de personnes, des parents pour la plupart qui expriment leur ras-le-bol : "On a peur pour nos petits, on a peur pour nos grands, tous les soirs il y a une fusillade, alors là on en a marre !" explique Fatia*.

C'est surtout pour leurs enfants que les habitants du Breil Malville sont inquiets. "On ne vit plus. Moi j'ai un enfant de 7 ans, il ne veut plus sortir." se désole Catherine*. C'est trop !"

Le rond-point bloqué avec des chaises, des tables et des poubelles. Les parents du Breil Malville voulaient se faire entendre. - Radio France
Le rond-point bloqué avec des chaises, des tables et des poubelles. Les parents du Breil Malville voulaient se faire entendre. © Radio France - Louis de Bergevin

Les parents expliquent que des bandes rivales viennent de plus en plus fréquemment ici avec des armes à feu. "Ils avaient même une mitraillette !" insiste Laura. Et ils tirent. Parfois pour impressionner, parfois ils visent directement les passants. C'est ce qu'explique Mehdi*. "Hier soir, vers 23 heures, je rentrais du boulot, je me suis fait tirer dessus !" Passée une certaine heure, les habitants évitent de sortir. Mais les coups de feu retentissent désormais même en journée.

J'ai vu des jeunes sortir de leur voiture avec des armes" Laetitia, une habitante du Breil

"Il y a trois semaines, j'ai vu des jeunes sortir de leur voiture avec des armes. J'ai failli prendre une balle perdue, explique Laetitia, encore choquée. C'était tout près de chez moi. Il était 19h, j'allais à Carrefour City mais quand j'ai vu ça, je suis tout de suite rentrée chez moi."

Ces habitants ne veulent plus se cacher, alors ils bloquent la rue. Et attendent des réponses de la mairie, dont deux représentants sont venus discuter avec eux. Mais ceux qui ont eu le plus de succès, ce sont les policiers. Une voiture de police a même été applaudie à son passage rue Feyder.

*Certains prénoms ont été changés