Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour

Quartiers défavorisés : des élus lancent un "appel au secours" à Emmanuel Macron

-
Par , France Bleu

Une centaine d'élus ont adressé ce vendredi une lettre ouverte à Emmanuel Macron. Ils demandent que 1% du plan de relance soit consacré aux "territoires en décrochage". Dans ces quartiers, la "détresse sociale et économique" a été renforcée par le crise sanitaire, selon les signataires.

Distribution de repas à Paris par Les Restos du coeur
Distribution de repas à Paris par Les Restos du coeur © AFP - CHRISTOPHE ARCHAMBAULT / AFP

Une centaine d'élus adressent ce vendredi une lettre ouverte au Président de la République. Ils lui lancent un "appel au secours" et réclament que 1% du plan de relance de 100 milliards d'euros soit consacré aux quartiers prioritaires. Dans ces territoires, ils estiment que la "détresse sociale et économique" a été accentuée par la crise sanitaire liée à l'épidémie de coronavirus. 

Parmi les signataires, figurent des maires toutes sensibilités politiques, dont la socialiste Hélène Geoffroy, maire de Vaulx-en-Velin près de Lyon, ou encore la maire de Périgueux, Delphine Labails.

Les quartiers défavorisés, "un angle mort" du plan de relance

"En dépit des alertes, les villes et quartiers populaires restent un angle mort du plan de relance : aucune mesure ambitieuse n'a été prise pour répondre à la détresse sociale et économique dans nos communes", s'agacent les signataires. Les élus alertent sur les demandes d'aides alimentaires d'urgence qui "explosent", alors que le chômage augmente, tout comme la demande de RSA qui "progresse massivement".

Selon eux, ce "1% solidarité" pourrait permettre d'abonder plusieurs fonds : pour "les associations oeuvrant pour la jeunesse et les publics en difficulté", "la création de comités locaux de solidarité" et de "maisons médicales et de centres de santé" dans les villes les plus pauvres, ou encore pour "la mobilisation des acteurs de l'emploi". 

Il permettrait aussi la création de 7.000 postes de médiateurs, d'un plan national de lutte contre l'illettrisme ou encore un renforcement "des programmes d'éducation aux médiaux et au numérique" dans le secondaire (collèges et lycées).

"Non-assistance à territoires en danger"

Les maires et présidents d'agglomérations appellent le président de la République à honorer les engagements pris en 2018 après la remise d'un rapport par l'ancien ministre Jean-Louis Borloo sur les quartiers défavorisés. Il proposait 19 programmes et 48 mesures pour "faire revenir la République" dans les quartiers face au "repli identitaire et communautaire", ainsi que la création d'un fonds de cinq milliards d'euros.

Aujourd'hui, un autre virus se développe dans nos quartiers et même au-delà : celui du décrochage à la République. 

"Trois ans plus tard, seules quelques mesures, portées principalement par les villes, ont pu être engagées (uniquement quatre avec le portage de l'Etat !)", écrivent les élus. Selon eux, le "virus" du "décrochage à la République" se développe "dans nos quartiers et même au-delà", pour qui "il serait irresponsable de nier que la haine et le repli sur soi prospèrent à mesure que la rupture sociale et la pauvreté augmentent".

Choix de la station

À venir dansDanssecondess