Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Société

Quatorze associations s'adressent à Emmanuel Macron : "L'Etat met en danger les migrants"

-
Par , France Bleu

Dans une tribune publiée ce dimanche dans le JDD, plusieurs associations, dont Médecins du monde et le Secours catholique, interpellent Emmanuel Macron. Elles dénoncent une "mise en danger délibérée" des migrants et réclament un "changement de cap" du gouvernement.

Un camp de migrants à Paris.
Un camp de migrants à Paris. © Maxppp - Alexis Sciard

Quatorze associations, dont Médecins du monde, Emmaüs, la Ligue des droits de l'Homme et le Secours catholique, publient une tribune dans les colonnes du Journal du Dimanche. Elles pointent du doigt la politique du gouvernement vis-à-vis des migrants. Elles accusent l'Etat de "mise en danger délibérée" de ces migrants

Monsieur le président, votre engagement a été vite oublié par votre gouvernement, [et] plus grave, par vous-même." - Tribune des associations

Au début de son mandat, en juillet 2017, le président s'était engagé à ne plus avoir "d'ici la fin de l'année des hommes et des femmes dans les rues, dans les bois." Les 14 associations dressent donc un constat d'échec : "Un an après, des milliers de personnes, femmes, hommes, enfants, familles, se partagent les interstices des villes, s'abritent sous des échangeurs, sont échoués sur les trottoirs de Paris et de son immédiate périphérie".

L'Etat doit "changer de cap"

Pour les signataires de cette tribune, les migrants vivent dans des conditions de plus en plus précaires : "Ces personnes à la rue ont toujours _plus de difficultés à se nourrir, à se soigner_, à trouver une information fiable pour faire valoir leurs droits élémentaires".

C'est une réalité à Paris, en Île-de-France, mais aussi à Grande-Synthe, sur le littoral nord, ailleurs."

Les associations dénoncent l'inaction des pouvoirs publics, qui se renvoient "la balle au point de nous enfermer dans un jeu de ping-pong institutionnel qui n'a que trop duré". Elles demandent à Emmanuel Macron de prendre ses responsabilités et de trouver une solution pour "permettre un hébergement rapide des personnes à la rue".

Choix de la station

À venir dansDanssecondess

France Bleu