Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Société

Quatre jeunes soldats Canadiens de la Première guerre mondiale inhumés à Loos-en-Gohelle

-
Par , France Bleu Nord, France Bleu

Cent ans après leur mort, quatre jeunes soldats canadiens ont été enterrés ce jeudi à Loos-en-Gohelle. Ils sont morts à l'été 1917, alors qu'ils essayaient de reprendre aux Allemands la "cote 70", une colline près de Lens.

Les soldats avaient entre 20 et 33 ans ; leurs funérailles militaires ont eu lieu au cimetière britannique de Loos-en-Gohelle (Pas-de-Calais).
Les soldats avaient entre 20 et 33 ans ; leurs funérailles militaires ont eu lieu au cimetière britannique de Loos-en-Gohelle (Pas-de-Calais). © Radio France - Marie-Jeanne Delepaul

Loos-en-Gohelle, France

Ils s'appelaient William Del Donegan, Henry Priddle, Archibald Wilson et John Henry Thomas. Soldats canadiens pendant la Première guerre mondiale, ils sont morts au cours de la bataille de la "cote 70", une colline près de Lens, en août 1917. Ils avaient entre 20 et 33 ans. Pendant un siècle, ils étaient portés disparus. Leurs corps, retrouvés lors de chantiers entre 2010 et 2016, ont pu être identifiés récemment.

Leurs funérailles militaires ont eu lieu ce jeudi 23 août au cimetière britannique de Loos-en-Gohelle, près de Lens (Pas-de-Calais). Pour le major général Nicolas Eldaoud, représentant de l'armée canadienne : "Depuis cent ans ces quatre soldats manquaient à l'appel dans leur régiment, aujourd'hui leur régiment a fait ce qu'ils doivent faire lorsqu'un soldat meurt sur le champ de bataille, c'est-à-dire l'honorer. Les Canadiens qui ont combattu ici étaient des ouvriers, des fermiers, ils ne pouvaient pas imaginer les atrocités de cette guerre-là."

On est très fiers que ce jeune de dix-huit ans, notre aïeul, ait volontairement traversé l'océan Atlantique [pour se battre]"

Dans la foule, des militaires, et des familles : celle de William par exemple. Rosemary McCarney est venue du Canada pour lui rendre hommage, c'était le cousin de sa grand-mère : "On est très fiers que ce jeune de dix-huit ans ait volontairement traversé l'océan Atlantique, c'est incroyable ! L'histoire est très importante, on doit de se souvenir !"

D'autres sont venus de plus près pour assister à la cérémonie, comme Joëlle qui a amené ses deux petites filles de 7 et 5 ans : "C'est une cérémonie en hommage à ceux qui ont défendu Loos-en-Gohelle, or on est natifs de Loos-en-Gohelle. Le fait de vivre les choses permet de les comprendre mieux."

20.000 soldats Canadiens toujours portés disparus

Ces funérailles ont été rendues possible grâce au ministère canadien de la Défense. Depuis 2007, il mène un travail de fourmi pour identifier les squelettes d'anciens combattants retrouvés notamment dans le Nord de la France. "En dix ans, 29 soldats Canadiens ont pu être identifiés grâce à ce programme, mais 20.000 Canadiens qui ont fait la Première guerre mondiale sont toujours portés disparus" selon Sarah Lockyer, anthropologue médico-légale pour le ministère.

Comment faire pour identifier un corps retrouvé cent après sa mort ? Réponse avec Sarah Lockyer, anthropologue médico-légale pour le ministère canadien de la Défense

Les quatre jeunes soldats reposent maintenant en paix. Mais 1.300 Canadiens qui ont participé à la même bataille qu'eux, celle de la "cote 70", sont toujours portés disparus. Gagnée par les Alliés, cette bataille avait fait 9.000 morts côté Canadiens, plus de 20.000 côté Allemands. Le but de l'attaque était de reprendre à l'ennemi une colline surplombant Lens.

Le reportage France Bleu Nord au coeur de la cérémonie