Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Société DOSSIER : Mouvement des "gilets jaunes"

Quatrième samedi des gilets jaunes : Jean-Luc Moudenc "très inquiet"

jeudi 6 décembre 2018 à 17:30 Par Julien Corbière, France Bleu Occitanie

Le maire de Toulouse a rencontré le préfet de Haute-Garonne ce jeudi pour demander des forces de l'ordre supplémentaire pour samedi. Alors que les lycéens provoquent à leur tour de nombreux incidents depuis le début de la semaine, il craint de graves débordements.

Jean-Luc Moudenc dans les studios de France Bleu Occitanie
Jean-Luc Moudenc dans les studios de France Bleu Occitanie © Radio France - Alban Forlot

Toulouse, France

Samedi 5 décembre, pour la quatrième fois en quatre semaines, les gilets jaunes devraient manifester dans les rues de Toulouse et dans les villes et villages d'Occitanie. Les lycéens se mobilisent aussi depuis lundi en provoquant de nombreux incidents, par exemple l'incendie d'un lycée de Blagnac. Les étudiants sont à leur tour dans le mouvement depuis l'assemblée générale qui s'est déroulée ce jeudi à la fac du Mirail. La manifestation de ce jeudi après-midi se déroule dans un climat très tendu entre lycéens, étudiants et forces de l'ordre.

De quoi susciter des grandes inquiétudes chez le maire de Toulouse, Jean-Luc Moudenc, plutôt modéré vis-à-vis du gouvernement jusque là. Il demande des renforts policiers pour samedi prochain. Le maire LR se dit "très inquiet". Il précise :  "L'erreur qui a été faite samedi dernier, c'est que beaucoup trop de forces de police ont été concentrées sur Paris au détriment des villes de province, au détriment de Toulouse. Il est absolument nécessaire qu'il y ait davantage de forces de l'ordre samedi".

Jean-Luc Moudenc, maire de Toulouse

Samedi dernier, la place Jeanne d'Arc, tout près du centre-ville, était devenue un véritable champ de bataille et les forces de l'ordre avaient été débordées. 57 personnes avaient été blessées, dont 48 policiers. Le marché de Noël de la place du Capitole avait même été précipitamment fermés pendant une demi-heure. A chaque manifestation depuis, les transports en commun - métro trams et bus - de l'agglomération sont interrompus en partie ou totalement. Sur ce point et en pleine période d'achats de Noël, Jean-Luc Moudenc espère qu'il n'y aura pas trop de conséquences samedi : "C'est avec le préfet qu'on se tiendra informé. Et s'il y a des mesures de protection nécessaires, fermeture du métro ou fermeture du marché de Noël, on les prendra. Mais dans un seul but : celui de protéger les gens".

Jean-Luc Moudenc craint donc le pire. Il dit ne pas soutenir le mouvement des gilets jaunes, mais comprendre les revendications qu'il porte. Les services municipaux seront particulièrement mobilisés samedi, pour nettoyer les rues et aussi en amont pour dégager les chantiers qui constituent des réserves de matériel pour les manifestants qui veulent monter des barrages.