Société

Que faire des cendres d'un défunt quand la famille se déchire ?

Par Olivier Vidal, France Bleu Pays d'Auvergne et France Bleu jeudi 15 octobre 2015 à 15:55 Mis à jour le jeudi 15 octobre 2015 à 16:22

Les cendres de la défunte ont été dispersées sur le jardin du souvenir
Les cendres de la défunte ont été dispersées sur le jardin du souvenir © Maxppp - Patrick James

A Chabreloche dans le Puy-de-Dôme, deux frères se déchirent après la mort de leur mère. L'un reprochant à l'autre de ne pas avoir respecté les dernières volontés de leur mère, sur les conditions de dispersion de ses cendres. L'audience au tribunal administratif de Clermont s'est tenue ce jeudi.

L'histoire pourrait toucher de nombreuses familles. Que faire des cendres d'un défunt disparu? Cette question a divisé et qui divise encore deux frères, après la mort de leur mère en juin 2013 à Chabreloche dans le Puy-de-Dôme. L'un de ces frères reproche à l'autre de n'avoir pas respecté les dernières volontés de leur mère.

Les cendres ont en effet été dispersées au-dessus du jardin du souvenir du cimetière de la commune sans qu'un accord n'ait été trouvé entre les deux frangins.  

La législation évolue

Anne-Marie Eychénié avait écrit ses dernières volontés dans deux testaments en 1988 et 2004, en précisant, dans le dernier, qu'elle souhaitait que ses cendres soient dispersées au-dessus de la tombe de son mari. Or la législation évoluant, cette dernière volonté devient impossible à partir de 2008.  Se pose alors la question du devenir de ses cendres. A sa mort, l'un des deux frères demande au maire de la commune l'autorisation de disperser ces cendres au-dessus du jardin du souvenir du cimetière de la commune. Le maire accepte sans tenir compte de la position de l'autre frère, opposé à cela, et qui lui fait savoir via son notaire.

Aujourd'hui ce dernier, le frère plaignant, affirme qu'à cause de cette dispersion, effectuée sans la famille et sans témoin, il ne sait pas où sont précisément les cendres de sa mère et qui lui est donc impossible de faire le deuil de celle-ci.

Ce jeudi l'affaire était devant le tribunal administratif puisque le frère "en colère" poursuit la mairie qui a autorisé cette dispersion. Le tribunal rendra son jugement d'ici un mois.