Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Société

Que prévoit la Métropole grenobloise pour réduire les déchets d’ici dix ans ?

jeudi 9 novembre 2017 à 20:43 Par Véronique Pueyo, France Bleu Isère

La métropole de Grenoble prépare un plan de modernisation de la collecte des déchets. Le président de Grenoble-Alpes-Métropole, Christophe Ferrari a présenté, jeudi 9 novembre, un schéma directeur pour les années 2020/2030. Ce plan sera soumis vendredi 10 novembre aux élus du conseil métropolitain.

Pour réduire les déchets de l'agglo grenobloise, il va falloir mieux trier et mieux recycler
Pour réduire les déchets de l'agglo grenobloise, il va falloir mieux trier et mieux recycler © Maxppp -

Grenoble, France

"Ce sera l'un des dossiers forts de ce mandat", lance, décidé, Christophe Ferrari, le patron de la Métropole grenobloise, ce jeudi après midi lors d'une conférence de presse pour présenter le schéma directeur déchets 2020-2030. Le dossier est soumis au vote des élus métropolitains ce vendredi même. En tout, 238.000 millions d'euros vont être consacrés à ce plan dont l'objectif est de réduire de moitié notre poubelle d'ordures ménagères et de deux tiers les déchets recyclés. A terme, 25.000 tonnes par an de matières premières seront économisées et on émettra 29 % de gaz à effet de serre en moins espère la Métro !

Un objectif que tout habitant de la métro doit porter, selon Christophe Ferrari.

Mais comment la Métro compte-t-elle s'y prendre pour faire diminuer ainsi nos déchets ? Premier constat, la métropole grenobloise est l'une des plus mauvaises de France quant à la production de déchets.

"Cela fait 20 ans que nous produisons le même poids de déchets, sans amélioration." regrette Georges Oudjaoudi, vice-président en charge de la collecte et de la valorisation des déchets. "Pour faire baisser notre production, nous disposons de plusieurs leviers. D'abord, améliorer le tri, promouvoir le compostage mais aussi créer une nouvelle poubelle, réservée exclusivement aux déchets alimentaires. Actuellement, on en produit 78 kilos par an et par habitant, il faut descendre à 34".

A gauche, notre poubelle actuelle, à droite, celle de 2030, deux fois moins grande ! - Aucun(e)
A gauche, notre poubelle actuelle, à droite, celle de 2030, deux fois moins grande ! -

Ensuite, la Métro va instaurer une tarification incitative. En clair, moins on produira de déchets, moins on paiera. Chaque foyer disposera d'une carte à puce pour ouvrir sa poubelle connectée, mise à disposition gratuitement par la collectivité. Comme le risque des dépôts sauvages existe, une police de l'environnement et une brigade de la propreté seront mises en place pour verbaliser le citoyen en infraction.

Au cours de ses deux premières années, un bébé utilise une tonne de couches jetables

Le plan déchets 2020-2030 n'oublie pas la rénovation des équipements vieillissants. Quatorze déchetteries sur un total de 21 seront rénovées. Un nouvel incinérateur sera construit tout près de l'actuel Athanor, situé à la Tronche. Une usine de méthanisation sera édifiée à Murianette, à la place de l'actuelle usine de compostage. Au total, 170 millions d'euros seront consacrés à ce volet du schéma directeur déchets.

Composter ces déchets alimentaires, c'est bon pour la planète - Maxppp
Composter ces déchets alimentaires, c'est bon pour la planète © Maxppp -

Un habitant de la métropole jette en moyenne 12 kilos de nourriture par an. Alors, on arrête de vider son assiette dans la poubelle. La Métro va promouvoir le compostage, mais va distribuer gratuitement un nouveau container, une poubelle marron pour y mettre tous nos déchets alimentaires, évalués à 18.000 tonnes par an et qui serviront à alimenter la future usine de méthanisation. On y fabriquera du biogaz pour faire rouler les camions de collecte des déchets et la boucle sera bouclée !

Autre idée, inciter les maternités et les structures de la petite enfance à utiliser les couches lavables, en instaurant une filière de collecte et de lavage. Il faut savoir que dans les deux premières années de sa vie, un bébé utilise un tonne de couches jetables ! Pour réduire nos déchets verts, on pourra aller dans sa mairie emprunter un broyeur. Le réseau des recycleries va être étoffé pour réparer et réutiliser de nombreux objets, postes de radio, vélos, étagères, qui auront ainsi une deuxième vie.

D'ici 2030, l'objectif est de réduire de moitié les ordures ménagères, de 20 % les déchets produits, tout en créant 250 emplois

Bref, c'est à un énorme chantier auquel vont s'atteler les élus métropolitains, mais, pour réussir, ils doivent avant tout obtenir l’adhésion de la population. Des campagnes de communication sont prévues, des ambassadeurs du tri vont être envoyés auprès des habitants pour prêcher la bonne parole et expliquer l'esprit de ce plan "ambitieux et pionnier" selon Christophe Ferrari qui conclut : "c'est possible, on y croit. Ensemble, relevons le défi".

Le "schéma directeur déchets 2020-2030" présenté en vidéo par la Métro