Société

Que sont devenues les familles des fusillés pour l'exemple ?

Par Philippe Thomain, France Bleu Gard Lozère vendredi 11 novembre 2016 à 15:55

fiche de décès d'Alfred-Henri Loche, né à Bessèges, fusillé pour l'exemple le 11 novembre 1914
fiche de décès d'Alfred-Henri Loche, né à Bessèges, fusillé pour l'exemple le 11 novembre 1914 - Ministère de la défense - Mémoire des Hommes

Huit jeunes gens du Gard ont été condamnés à mort pour l'exemple durant la première guerre mondiale. Des soldats dont les noms n'ont pas été inscrits sur un monument aux morts. Une association gardoise se bat pour leur réhabilitation, elle recherche les familles de ces soldats.

Huit jeunes hommes condamnés à mort, condamnés pour l'exemple pendant la première guerre mondiale. Le plus jeune avait 19 ans, le plus vieux 35 ans. Sept ont été fusillés entre septembre 1914 et mai 1916, quant au huitième, sa peine a été commuée en 20 ans de prison avant que le jugement ne soit annulé en septembre 1918.

Des hommes jugés par un tribunal militaire, le conseil de guerre, et exécutés dès le lendemain de la sentence. Un seul a été réhabilité, en 1934, pour cause de débilité mentale, les témoignages de l'époque le disaient pourtant. Une réhabilitation certes, mais la cour spéciale de justice militaire qui rend cette décision refuse l'insertion du jugement dans les journaux comme le demandait la famille.

Parfois, la justice militaire oblige les mairies à afficher le jugement et ses motifs. Des peines auxiliaires sont parfois ajoutées, ainsi pour l'un d'eux, l'administration a dressé un relevé de frais de 12,55 francs à recouvrer sur les biens du condamné, une somme payée par la famille.

Des condamnations infamantes pour ces familles. Ainsi l'une d'elles, de Barjac, a préféré quitter la commune. Des condamnations qui interdisaient aux veuves de toucher la pension de veuve de guerre et aux enfant de devenir pupilles de la nation.

Retrouver les familles des condamnés

C'est pour dresser un état des lieux complet des situations de ces hommes, pour mieux comprendre comment ces faits ont été vécus à l'époque que l'antenne gardoise de l'association de la libre pensée cherche à retrouver les familles de ces huit hommes dont les noms suivent. Pour la contacter, une adresse mail : francis.labbe037@orange.fr

  • Joseph Louis EYMONET, né le 7/10/1890 à Villeneuve-lès-Avignon, maçon, fusillé le 11/09/1914
  • Albert ARJAILLES, né le 26/02/1896 à Trèves, fusillé le 11/09/1914
  • Charles Adolphe PELLET, né le 11/01/1883 à La Grand Combe, condamné à mort le 18/09/1914, un jugement annulé le 12/09/1918
  • Alfred Henri LOCHE, né le 28/01/1889 à Bessèges, fusillé le 11/11/1914, réhabilité le 17/11/1934
  • Louis MACCHIA, né le 30/11/1881 à Marseille, forgeron à Nîmes, fusillé le 7/12/1914
  • Félix Elie Eugène FABRE, né le 27/01/1894 à Aulas, fusillé le 27/08/1915
  • Emile Ferdinand ROUX, né le 15/08/1885 au Pompidou en Lozère, maçon à Saint Hilaire de Brethmas, fusillé le 6/11/1915
  • Philippe Marius DALEN, né le 21/12/1896 à Barjac, fusillé le 27/05/1915
fiche de décès d'Alfred-Henri Loche, fusillé pour l'exemple le 11 novembre 1914  - Aucun(e)
fiche de décès d'Alfred-Henri Loche, fusillé pour l'exemple le 11 novembre 1914 - Ministère de la défense - Mémoire des Hommes