Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Dossier : Coronavirus Covid-19

Que sont devenus les 30 millions de masques en tissu restés sur les bras des entreprises françaises ?

-
Par , , France Bleu Sud Lorraine, France Bleu

"Ils ont quasiment tous été vendus" depuis l'été dernier, révèle Yves Dubief, le président de l'Union des industries du textile et patron dans les Vosges de l'usine Tenthorey, missionné par le gouvernement pour promouvoir les masques en tissu fabriqués en France.

Avec l'arrivée de masques à bas coût, de nombreux masques en tissu produits en urgence par les usines textile ne trouvaient pas preneurs
Avec l'arrivée de masques à bas coût, de nombreux masques en tissu produits en urgence par les usines textile ne trouvaient pas preneurs © Radio France - Thierry Colin

Comment écouler les millions de masques en tissu produits au plus fort de la crise sanitaire en France ? C'était la mission confiée en juin dernier par le gouvernement à deux patrons d'entreprises du textile, dont le PDG de Tenthorey à Eloyes dans les Vosges, Yves Dubief, président de l'union des industries textiles.

Des masques produits en urgence quand on en manquait et qui se sont retrouvés sans débouchés avec l'arrivée de marchandises venues de l'étranger ou de masques en papier à bas coût.

Mission accomplie, selon Yves Dubief 

Selon Yves Dubief, que nous avons joint ce mardi 26 janvier, la mission est accomplie. Ces masques ont quasiment tous été vendus. Le chef d'entreprise précise "il reste très peu de masques en stock dans les entreprises françaises, peut-être ici et là, des centaines voire des milliers dans quelques sociétés. On a convaincu au deuxième semestre les collectivités territoriales et les entreprises des bienfaits du masque avec son coût à l'usage, son côté écolo, pas à usage unique, et ça a plutôt bien réussi ". 

Un projet de logo plus visible sur les masques 

Beaucoup d'entreprises ces derniers mois ont arrêté de produire ces masques en tissu faute de débouchés. Des masques, qui pour certains pourraient disparaitre de l'espace public. Seuls pourraient être autorisés en entreprise les masques en papier FFP2 et chirurgicaux, les masques en tissu de catégorie 1. Les catégories 2 et les artisanaux pourraient être interdits, car moins filtrants, selon le Haut conseil de la santé publique. 

Les professionnels vont devoir s'adapter reconnait Yves Dubief qui précise " les entreprises en France qui produisent encore des masques en tissu, produisent uniquement de la catégorie 1, au-dessus de 90% de filtration. On est dans le top en matière de gamme". 

Le patron vosgien veut proposer pour les masques en tissu produits en France "un logo plus lisible", peut être avec l'indication "supérieur à 90%" pour la filtration sur la boîte, la notice ou encore le masque. 

Choix de la station

À venir dansDanssecondess