Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Société

Quel avenir pour le centre cultuel musulman du Crès ?

jeudi 8 mars 2018 à 18:00 Par Salah Hamdaoui, France Bleu Hérault

Alors que la salle de prière destinée aux musulmans existe depuis près de deux ans au Crès (Hérault), le tribunal administratif de Montpellier vient d'annuler le permis de construire accordé par la mairie à l'association multiculturelle 1432.

Permis de construire annulé pour le centre cultuel musulman du Crès ouvert il y a près de deux ans
Permis de construire annulé pour le centre cultuel musulman du Crès ouvert il y a près de deux ans © Radio France - Salah Hamdaoui

Le Crès, France

Le local de 181 mètres carrés, situé dans la zone artisanale du Crès, est destiné à la communauté musulmane pour la prière, pour des manifestations festives et pour du soutien scolaire. Le maire de la commune a accordé un permis de construire le 12 avril 2016 à l'association multiculturelle 1432. Ce permis a été annulé le 15 février 2018 par le tribunal administratif de Montpellier.

Pas assez de places de parking

Le tribunal a été saisi par cinq personnes, des riverains, qui ont pointé du doigt les neuf places de parking devant le local. Neuf places alors que la salle de prière, à elle seule, peut accueillir 170 fidèles maximum. Très insuffisant selon les plaignants, notamment le vendredi, jour de prière. Résultat : stationnement anarchique et difficultés monstres pour circuler dans la zone artisanale.

Le tribunal pour sa part fait remarquer que l'endroit n'est pas desservi par les transports en commun. Pas de piste cyclable non plus. Et même s'il y a un parking de 15 places à deux pas, ce n'est pas assez les jours d'affluence.

"Les jours de mariage, je n'arrive pas à me garer !"

Un problème que minimise le maire du Crès qui rappelle que la commission de sécurité a donné son feu vert en connaissance de cause.  Pierre Bonnal reconnaît que les vendredis "ça déborde un peu partout. Alors, je ne parle pas de la messe, mais imaginez un mariage en plein été quand il y a beaucoup de monde. Je marie en général un peu avant le mariage religieux, je n'arrive pas à me garer, mais c'est normal ! C'est exceptionnel".

Pierre Bonnal envisage de faire appel. "Je ne vais envoyer ces gens aux catacombes, je ne vais pas les envoyer comme Louis XIV les protestants au désert. Je suis un laïc pur, les gens ont le droit de prier comme moi j'ai le droit de prier si j'en ai envie. Ça ne me regarde pas à partir de l'instant où il n'y a pas de trouble à l'ordre public." 

Nous avons contacté trois des plaignants, ils ont refusé de s'exprimer au micro de France Bleu Hérault. Pas de commentaire non plus du côté de l'association qui loue le centre cultuel.

Pierre Bonnal, le maire du Crès