Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Société

Quelle mobilisation en Berry pour le grand débat national ?

lundi 14 janvier 2019 à 19:21 Par Frederic Denis, France Bleu Berry

Emmanuel Macron lance ce mardi le grand débat national depuis une petite commune du département de l'Eure. Mais habitants, élus, associations du Berry vont-ils s'en saisir ? Plusieurs maires refusent de l'organiser, beaucoup de Berrichons craignent qu'ils ne débouchent sur rien de concret.

Emmanuel Macron lance le grand débat national ce mardi depuis le département de l'Eure
Emmanuel Macron lance le grand débat national ce mardi depuis le département de l'Eure © Maxppp - Maxppp

Châteauroux, France

Le grand débat national démarre ce mardi 15 janvier. Il va durer deux mois. L'executif espère que ce grand débat mette un terme à la crise des gilets jaunes en faisant remonter des revendications citoyennes. Ce débat sera animé par un duo de ministres, Emmanuelle Wargon (secrétaire d'État auprès du ministre de la transition écologique) et Sébastien Lecornu (ministre chargé des Collectivités territoriales).

Le Président de la République assure dans sa lettre aux Français, que les maires auront "un rôle essentiel", qu'ils sont "l'intermédiaire légitime de l'expression des citoyens". Il semble donc vouloir s'appuyer sur les maires pour organiser ce grand débat.

"Les maires de France ne se sentent en aucun cas engagés par ce débat et ne sauraient être co-organisateurs" André Laignel maire d'Issoudun

Mais beaucoup de maires refusent de porter ce grand débat. C'est par exemple le cas du maire les Républicains de Châteauroux, Gil Avérous, qui veut bien juste mettre les moyens matériels nécessaires mais qui parle de débat inutile et stérile.

C'est aussi le cas du maire socialiste d'Issoudun. Pour André Laignel, qui est aussi vice-président de l'association des maires de France. Il explique que "les maires de France ne se sentent en aucun cas engagés par ce débat et ne sauraient être co-organisateurs". 

Pour le maire d'Issoudun, "ce débat est celui de l'Etat avec les citoyens". Il ne voit pas en quoi les maires pourraient être engagés dans ce débat qui aurait plutôt comme visée d'associer les élus locaux à l'échec gouvernemental. André Laignel a le sentiment que c'est "une manoeuvre d'enfumage"

Pour le maire de Gargilesse-Dampierre, Vanik Berberian, qui préside l'Association des Maires Ruraux, "ce débat doit avoir lieu" et les maires ruraux sont prêts à en être les "facilitateurs". "On peut comprendre la réticence" de certains maires, qui est "le résultat du peu de considération des élus depuis trop longtemps explique Vanik Berberian. Et certains ne veulent pas être associés à un éventuel échec de ce grand débat. Chacun fera comme il l'entend. L'Association des Maires Ruraux prévient : il faudra impérativement que le gouvernement tienne compte" des conclusions du grand débat.

Les écologistes de l'Indre assurent qu'ils vont participer au grand débat même s'ils regrettent qu'Emmanuel Macron n'ai pas précisé les engagements que prendra le gouvernement à la lecture des résultats après le 15 mars.  Le porte parole d'Europe Ecologie dans l'Indre, Pierre Morizet, regrette que la lettre du Président corsète le débat en le cadrant insidieusement par des questions toutes faites.

Moins d'un Français sur deux compte participer

Du côté de la population, 52% des Français n'ont pas l'intention de participer au grand débat selon un sondage Opinion Way publié ce lundi pour la chaîne Public Sénat.  Et en Berry, on semble bien suivre la tendance à en croire ces Indriens interrogé ce lundi dans les rues de Châteauroux.  Certains affirment que ce débat n'aura pas d'utilité car Emmanuel Macron a déjà dit qu'il ne reviendrait pas sur sa politique économique. D'autres expliquent tout simplement que ça ne les intéresse pas. Des Indriens rappellent aussi que c'est important et toujours utile de donner son avis mais en s'interrogeant sur ce que le chef de l'Etat en fera ensuite.

Les Indriens vont-ils ou pas participer au grand débat national ? Ecoutez leurs réponses

Dans sa lettre aux Français, Emmanuel Macron a promis de bâtir d'ici mi avril "un nouveau contrat pour la Nation" à partir des propositions qui remonteront du terrain.