Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Société

Quels impacts des résidences secondaires sur les territoires ?

mercredi 6 septembre 2017 à 15:24 Par Patrick Rossi et Patrick Vinciguerra, France Bleu RCFM

Spéculation, économie résidentielle, dégradation de l’environnement, hausse des prix du foncier, difficultés d’accès au logement, perte de repères identitaires et culturels pour les populations locales. Comment évaluer l’impact réel des résidences secondaires sur les territoires ?

Quels impacts des résidences secondaires sur les territoires ?
Quels impacts des résidences secondaires sur les territoires ? © Maxppp -

Corse, France

Quels impacts des résidences secondaires sur territoires ? Relancée par la récente affaire « Ferracci », l’épineuse question des résidences secondaires revient sur le devant de la scène. Une question placée au centre d’une conférence-débat ce mercredi 6 septembre, à l’université de Corse. Les origines du phénomène, leurs conséquences, quelles solutions techniques et politiques pour respecter l’équilibre des territoires qui subissent de plein fouet le phénomène de résidentialisation ?

Une étude comparée a été réalisée par Arritti et le Peuple Breton. Elle s’intéresse plus particulièrement au cas de la Corse et Mallorca, et à celui de la Bretagne et du Pays de Galles. « Cette étude s’intéresse à l’impact des résidences secondaires » indique Antonia Luciani, co-auteure de cette étude. « On connait les phénomènes de spéculations, d’économies résidentielles, de pression sur l’environnement avec une difficulté pour les locaux à se loger. Ce sont des phénomènes que l’on retrouve sur l’ensemble des régions que nous avons comparé. Il y a des variables que l’on retrouve dans les quatre régions qui ont servi à l’étude. Il y a aussi des spécificités »

Peut-on freiné la résidentialisation ? Faut-il la freiner ?

« Nous pensons, nous, nationalistes, qu’il faut la freiner. Il faut trouver des outils pour réguler. Elle a trop d’impacts sur le quotidien des gens. Nous connaissons de nombreuses personnes qui sont dans l’impossibilité de louer à l’année, ou alors à des prix astronomiques. Nombreuses personnes rencontrent des difficultés pour se loger en ville, ou acheter des terrains. Ce sont des problèmes qui concernent tout le monde, dont la jeunesse. Et oui, nous pensons qu’il faut un frein. Nous considérons que sans cadre institutionnel spécifique, il nous semble difficile de prendre les bonnes décisions et les mesures qui s’imposent. Des îles comme les Baléares ou la Sardaigne, de par leurs statuts d’autonomie, peuvent réguler les flux, professionnaliser le tourisme, ou le rendre tout simplement plus productif en imposant une certaine fiscalité » conclut Antonia Luciani.

Antonia Luciani, co-auteure de l'étude comparée pour Arritti

Participeront à la conférence –débat de ce mercredi, 18h, à l’université de Corse, amphithéâtre Ettori, Jean-Christophe Angelini (Président de l’Office Foncier), le Professeur Yves Lebahy (Géographe et président de Géographes de Bretagne), Gaël Briand (co-auteur de l’Étude pour le Peuple Breton) et Antonia Luciani (co-auteure de l’étude pour Arritti).