Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Société

Quels sont les députés franciliens les plus actifs à l’Assemblée nationale ?

mardi 5 août 2014 à 11:49 Par Martine Bréson, France Bleu Paris

Parmi les plus assidus, il y a le député PS de Paris Christophe Caresche. Membre de la commission des finances, il a été présent 40 semaines sur 40. Son seul point faible : les questions écrites avec un zéro pointé. A l’opposé, on trouve l’UMP Franck Marlin. Le député de l’Essonne n’a été présent qu’une seule semaine sur 40. Il n’a fait aucune intervention mais il a signé 1049 amendements.

Les rangs de l'Assemblée nationale
Les rangs de l'Assemblée nationale © MaxPPP

Sandrine Mazetier (PS) est celle qui a le plus parlé dans l’hémicycle. Elle comptabilise plus de 1.000 interventions longues et plus de 5.000 interventions courtes. En haut du tableau, on trouve aussi l’écologiste Denis Baupin avec une bonne assiduité et plus de 4.700 interventions courtes, l’UMP Gilles Carrez  bien présent lui aussi et le président de l’Assemblée nationale Claude Bartolone .

S Palmares

Si Franck Marlin est le plus mauvais des mauvais élèves franciliens, il n’est pas tout seul en bas du classement. L’UMP Patrick Balkany, député des Hauts-de-Seine n’a pas été vu souvent dans l’hémicycle (7 semaines dans l’année) et il est très peu intervenu. Même constat pour Jean-Christophe Cambadélis le patron du PS  qui a été présent 9 petites semaines seulement dans l’année et qui, lui aussi, a fourni très peu de travail.

C’est l’Observatoire citoyen de l’activité parlementaire, nosdeputes.fr, qui a épluché l’activité de tous nos députés. Leur travail a été décortiqué.

P Palmares

L’observatoire a compté le nombre de semaines où le député a été présent en commission ou a pris la parole même brièvement dans l’hémicycle et dans les commissions. Il a détaillé les interventions de chacun en évaluant le nombre et la longueur des prises de parole, le nombre d’amendements qu’il a signés, le nombre de rapports et de propositions de loi dont il est l’auteur. Il a compté le nombre de questions écrites qu’il a soumises et le nombre de questions orales qu’il a posées.

L’Observatoire remarque aussi  que depuis la mise en place de sanctions financières pour manques d’assiduité, les députés qui sèchent sont quand même moins nombreux.