Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour

"Qui ira chercher sa pizza à 15H ?" : Le couvre feu, un casse-tête pour l'organisation des pizzaïolos creusois

-
Par , France Bleu Creuse

A partir de ce samedi 16 janvier, le couvre-feu avancé à 18H entre en vigueur en Creuse. Et c'est (encore) un coup dur pour les professionnels de la restauration rapide ou à emporter, qui ne disposent pas toujours de service de livraison. C'est par exemple le cas des pizzaïolos de La Souterraine.

Stéphane Dubois, gérant d'une pizzeria à La Souterraine.
Stéphane Dubois, gérant d'une pizzeria à La Souterraine. © Radio France - Marie Roussel

Le couvre-feu avancé à 18h va-t-il enterrer la calzone du samedi soir ? "Il va falloir que les clients s'adaptent à prendre des pizzas l'après-midi et les réchauffer le soir", répond Stéphane Dubois, gérant d'une pizzeria à La Souterraine depuis dix-huit ans. L'avancée du couvre-feu nécessite une nouvelle organisation pour ce professionnel de la restauration rapide.  "Je vais changer mes horaires d'ouverture, je serai ouvert de 11h à 13h30 et de 15h à 18h, pour essayer de récupérer un maximum de clientèle." 

Pas de système de livraison

Mais qui ira chercher sa calzone au milieu de l'après-midi ? A cette question, Stéphane Dubois n'a pas de réponse. Il attend de voir. Une chose est sûre, impossible pour lui de se tourner vers la livraison pour continuer à vendre des pizzas après 18h. "Entre l'assurance et le scooter : ce n'est pas viable du tout. Dans les grandes villes, oui, mais à La Souterraine, non." Même constat porté par Marianne. Elle gère le kiosque à pizza de La Souterraine. "C'est compliqué. Ici la clientèle tourne autour d'un rayon de dix, voire vingt kilomètres. Je ne suis pas sûre que ce soit très efficace."

Maxime est un adepte de la "quatre fromages", il admet que tout cela risque d'être un peu "compliqué". "En semaine, aller chercher sa pizza le soir, ce sera mort. Mais le week-end, je commanderai plus tôt pour l'avoir le soir. Même après, si on la met au four cela risque rien, c'est encore bon." Ainsi, le couvre-feu n'enterrera pas la pizza, Stéphane Dubois en est certain. Mais lui qui a déjà perdu deux heures, c'est un nouveau coup dur. "Avec le couvre-feu à 20h, j'ai perdu 20% de mes commandes. Et là, à 18h, ça va faire encore 20%... Ou plus, je ne sais pas."

Malgré toutes ces difficultés, le pizzaïolo s'estime chanceux, comparé à ses amis restaurateurs, fermés depuis maintenant deux mois et demi.

Choix de la station

À venir dansDanssecondess