Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour

Qui se cache derrière les mystérieux points verts tagués partout en Midi-Pyrénées ?

-
Par , France Bleu Occitanie

Depuis fin juin, de mystérieux points verts apparaissent sur les murs, les panneaux, sur les routes un peu partout dans la région : une action menée par les membres du Conseil National de Transition de France, un mouvement anti-système et qui prône la souveraineté du peuple.

 Un point vert tagué sur du mobilier urbain, ici entre Albi et Saint Juery, dans le Tarn
Un point vert tagué sur du mobilier urbain, ici entre Albi et Saint Juery, dans le Tarn © Radio France - Sandrine Morin

Vous en avez peut-être aperçu sur les routes ces dernières semaines : des ronds verts, tagués à la peinture ou à la bombe, ont fleuri fin juin sur le mobilier urbain un peu partout en région Occitanie. Derrière ces mystérieux points de couleur, le Conseil National de Transition de France (CNTF), un mouvement anti-système, qui s'autoproclame "gouvernement de France libre".

Un mouvement anti-système

Le mouvement se décrit comme non politique, non religieux, et regroupe divers membres souvent engagés contre le système actuel, et parfois issus des sphères complotistes. Le CNTF se présente comme un gouvernement légitime, en exil dans son propre pays, et prêt à prendre la relève de la République, pour redonner toute souveraineté au peuple.

"Toute personne qui veut nous rejoindre peut faire des ronds verts : que ce soit les peindre, les afficher chez eux, ou en porter en pin's" explique Simon, habitant de Figeac, dans le Lot, et membre du CNTF. "Il y a deux ans j'ai découvert ce mouvement, qui répondait à beaucoup de questions que je me posais que le système. Et c'est là que je me suis dit qu'il fallait que je rejoigne le gouvernement de la France libre"

Plusieurs interpellations

L'action des points verts a été menée simultanément un peu partout dans le pays, avec de nombreux tags découverts en Bretagne, mais surtout dans le Sud-Ouest, de l'Hérault jusqu'aux Landes. Le but de cette action : se faire connaître. Et l'objectif paraît atteint puisque avec ces ronds de couleurs, les membres du mouvement ont d'abord attiré l'attention de la police et de la gendarmerie.

Dans la nuit du jeudi 25 au vendredi 26 juin derniers, dans le centre-ville de Rodez, en Aveyron, trois hommes sont interpellés en pleine nuit alors qu'ils sont en train de peindre des ronds verts sur des panneaux de signalisations. Âgés d'une quarantaine d'années à plus de 90 ans, ils déclarent appartenir au CNTF. 

La même semaine, dans le Tarn-et-Garonne cette fois, un individu a là aussi été interpellé par les gendarmes, puis présenté à la justice.

Choix de la station

À venir dansDanssecondess