Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour

Rachat du château de Martinvast : le maire assure avoir réuni au moins un million d'euros

-
Par , France Bleu Cotentin

Le domaine de Beaurepaire à Martinvast n'est toujours pas vendu. Un nouvel appel à candidatures va être lancé fin octobre-début novembre. La commune sera une nouvelle fois sur les rangs. "Environ un million d'euros, voire au delà, est assuré", a confié le maire Jacky Marie sur France Bleu Cotentin.

L'entrée du domaine du château de Martinvast
L'entrée du domaine du château de Martinvast © Radio France - Raphaël Cann

Invité de Cause commune sur France Bleu Cotentin ce vendredi, le maire de Martinvast Jacky Marie garde espoir d'un rachat du domaine de Beaurepaire afin d'en faire un lieu ouvert au public. 

Le domaine de Beaurepaire à Martinvast et son château néogothique sont en vente. Et suscite les convoitises. D'un côté, un privé. De l'autre, la commune. Mais finalement, personne n'a convaincu pour le moment. Il faut tout recommencer et réunir plus de deux millions d'euros . Vous en êtes où ?

Jacky Marie, maire de Martinvast : D'abord, ce n'est pas qu'un château, mais tout un domaine de 146 hectares, avec de nombreuses dépendances. Ce site possède un potentiel extraordinaire. La commune n'a pas été retenue car elle n'a pas pu prouver l'assurance d'un financement : il faut 2,4 millions d'euros (avec les frais). On avait anticipé cet état de fait, et depuis quelques semaines, on travaille avec des partenaires privés très intéressés par le développement de ce domaine. Nous avons une partie du financement qui peut être assurée : environ un million d'euros, voire au delà. 

Il faut aussi l'accord des banques, et de la Safer, la société qui gère le foncier rural...

Tout à fait. La Safer ne nous a pas retenus lors d'un premier appel à candidatures, mais l'autre candidat non plus. Un nouvel appel va être lancé prochainement, et j'espère qu'on va obtenir gain de cause cette fois. 

Que souhaitez-vous en faire de ce domaine ? 

Nous avons appris par les propriétaires que le projet qui tient la corde, après nous, serait un projet de domaine de chasse. Donc un parc totalement fermé au public pour permettre de chasser, et recevoir quelques privilégiés qui pourraient s'y loger le temps d'un week-end. C'est un projet qui ne va pas dans le sens que nous souhaitons. Notre projet, c'est de l'ouvrir au public avec un accueil touristique autour du château et des dépendances, avec des chambres d'hôtes et des gîtes d'étape. Ce domaine possède également un haras, actuellement à l'abandon et j'ai des contacts avec des gens qui seraient prêts à refaire fonctionner ce haras en pension de chevaux. Les bois pourraient accueillir des activités de plein air (accrobranche, etc.). 

Avez-vous des soutiens ? 

L'agglomération du Cotentin et la région Normandie apportent leur soutien. Mais le soutien financier n'est pas possible. Les deux collectivités nous poussent à nous associer avec des partenaires privés. Ce que nous sommes en train de faire. L'agglo nous aide dans ce domaine en ce moment. 

Quelles sont les prochaines étapes ? 

Un nouvel appel à candidatures dans les jours qui viennent. Nous allons pouvoir présenter un projet plus construit que celui que nous avions avant. Ce qui était reproché, c'était de manquer de vision sur l'avenir du domaine. 

Choix de la station

À venir dansDanssecondess