Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Société

Racisme à l'université de Metz : deux élèves convoqués en conseil de discipline

Suite à son enquête interne après l'affaire de racisme en licence de sociologie à Metz en 2e année, l'université de Lorraine annonce qu'elle va convoquer deux élèves en conseil de discipline mais précise qu'il n'y avait pas de système raciste au sein de la promotion.

Une marche contre la racisme a été organisée mardi 30 avril à Metz
Une marche contre la racisme a été organisée mardi 30 avril à Metz © Radio France - Arthur Blanc

Metz, France

L'université de Lorraine a terminé son enquête interne suite à l'affaire de racisme sur le campus du Saulcy à Metz. Deux élèves de licence de sociologie en 2e année sont convoqués en conseil  de discipline, en plus du signalement effectué au Procureur de la République. 

L'enquête interne révèle qu'il n'existait pas de système raciste ou ségrégationnistes au sein de la promotion, selon l'Université. Elle précise qu'une dizaine d'étudiants en deuxième année de licence de sociologie ont créé un groupe Facebook en novembre dernier. Il était au départ consacré à la vie étudiante mais certains l'ont utilisé pour se moquer ou insulter des élèves et des enseignants noirs pour leur couleur de peau. 

Des remarques racistes ont été publiées en décembre 2018 à deux reprises

Dans ce groupe baptisé "Oh Djadja" en référence au tube de la chanteuse malienne Aya Nakamura, des remarques racistes ont été publiées en décembre 2018 à deux reprises, accompagnées de photos des victimes à leur insu, auxquelles s'ajoutaient parfois des émoticônes de singes. L'Université de Lorraine, dès le départ, a vivement condamné ces faits et soutenu les victimes. 

Suite à cette affaire, la ministre de l'enseignement supérieur, Dominique Vidal, a souhaité instaurer une journée contre le racisme dans les universités. 

Le communique de l'Université de Lorraine - Aucun(e)
Le communique de l'Université de Lorraine
Suite du communiqué de l'Université de Lorraine - Aucun(e)
Suite du communiqué de l'Université de Lorraine
Fin du communiqué de l'Université de Lorraine - Aucun(e)
Fin du communiqué de l'Université de Lorraine