Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Société

Radicalisation : 58 personnes fichées S en Dordogne

jeudi 7 décembre 2017 à 18:43 Par Benjamin Fontaine et Valérie Dejean, France Bleu Périgord

Un séminaire sur la déradicalisation était organisé ce jeudi 7 décembre au centre de la communication de Périgueux. La préfète de Dordogne en a profité pour faire le point sur le nombre de personnes sous surveillance dans le département.

La préfète, Anne-Gaëlle Baudouin-Clerc.
La préfète, Anne-Gaëlle Baudouin-Clerc. © Radio France - Benjamin Fontaine

"Détecter, diagnostiquer et prendre en charge la radicalisation violente." C'était le thème du séminaire organisé ce jeudi par la préfecture de la Dordogne à destination des professionnels (les services de l'Etat , les travailleurs sociaux, les enseignants et les associations). Il s'agissait de fournir des clefs aux professionnels afin qu'ils soient mieux armés face aux risques du terrorisme islamiste, et de prévenir la radicalisation.

Une dizaine d'inscription cette année

La préfète de Dordogne, Anne-Gaëlle Baudouin-Clerc en a profité pour faire le point sur le nombre de fichés S en Dordogne. On compte aujourd'hui 58 personnes inscrites sur le fichier des personnes radicalisées. Depuis le début de l'année, 75 signalements ont été effectués auprès des services de l'Etat mais seulement une dizaine se sont terminés par une inscription sur ce fichier. "Une évaluation est réalisée par les services de renseignements. On se base sur des comportements, des ruptures par rapport au milieu familial et professionnel," a expliqué la préfète de Dordogne.