Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour

Ramadan : plus de 700 paniers repas distribués chaque jour en Indre-et-Loire pour rompre le jeûne

-
Par , France Bleu Touraine, France Bleu

Le ramadan débute ce mardi pour les musulmans de France et du monde entier. En Indre-et-Loire, les associations et collectifs se mobilisent pour offrir des paniers repas aux plus démunis. Pour leur permettre la rupture du jeûne, plus de 700 repas seront distribués chaque jour.

Illustration d'une association préparant des repas pour rompre le jeûne durant le ramadan.
Illustration d'une association préparant des repas pour rompre le jeûne durant le ramadan. © Maxppp - Darek SZUSTER

Un deuxième ramadan sous confinement. Le ramadan démarre ce mardi 13 avril en France et il faudra composer avec les restrictions sanitaires, le couvre-feu et le confinement. Habituellement, les musulmans se rassemblent pour rompre le jeûne, en famille ou entre amis, une fois la nuit tombée, lors de l'Iftar.

Problème cette année, il faudra faire avec les restrictions sanitaires, comme l'an dernier. Alors, collectifs et associations de Tours se mobilisent pour venir en aide aux plus démunis et aux personnes isolées lors de ce mois de ramadan, tandis qu'on dénombre environ 35.000 musulmans dans le département.

700 repas distribués chaque jour, 1000 le week-end

La semaine, quatre associations distribueront environ 700 repas chaque jour. S'ajoute à elles, deux autres collectifs qui distribueront uniquement le week-end, ramenant ce nombre à près de 1000 repas distribués par jour samedi et dimanche. L'association SSAMI, Soutien et solidarité aux musulmans d'Indre-et-Loire, recense les différents points de distributions sur sa page Facebook (tous les lieux et adresses sont à retrouver sur leur page Facebook, avec informations et contacts).

Mobilisation auprès des étudiants

6 endroits répartis entre Tours et Joué-lès-Tours, dans les mosquées mais pas que, où les plus démunis pourront recevoir un panier repas gratuitement, en fin de journée, avant le couvre-feu. Une centaine d'étudiants de la Fac Grandmont sont par exemple concernés. Quelques livraisons pour les personnes en difficulté sont même prévus. 

Le profil des demandeurs varié

La mosquée de Tours proposera environ 160 repas chaque jour, à venir récupérer, une habitude pour Salah Merabti, président de la communauté islamique de Touraine. : "Cela fait quarante ans qu'on fait ça, depuis la création de la mosquée de Tours. Au début, c'était pour les étudiants qui étaient seuls ici, sans famille. Ils venaient dîner dans une salle spéciale". 

Mais depuis les temps ont changé et forcément, le profil des demandeurs s'est diversifié, "ces deux dernières années, avec le Covid notamment, il n'y pas que des étudiants. Il y a des personnes isolées, des gens qui ne viennent pas de Tours, des gens très démunis. Alors on partage avec eux" poursuit Salah Merabti. 

A destination de tous, pas qu'aux musulmans

Ces repas ne sont pas forcément destinés qu'aux musulmans. "Il n'y a pas de réservations, on fait confiance aux gens. Ceux qui sont vraiment dans la précarité viendront. C'est pour tout le monde, ce n'est pas que pour les musulmans. il n'y pas de distinction de couleur ou de religion. Le ramadan c'est aussi l'amour qu'on a pour son prochain, c'est d'aider les personnes en difficulté", confirme Karim, bénévole de l'association Libre échange à la mosquée de Bouzignac à Tours. 

Le partage, au cœur de la religion musulmane

Le partage, une valeur importante qui est au cœur du quotidien des musulmans durant ce mois sacré de ramadan, "en tant que musulman on se doit de partager, il ne s'agit pas simplement de s'abstenir. C'est la prière, la méditation, le partage avec l'autre, la fraternité aussi. On ne peut pas manger chez nous et laisser les autres dehors qui ne mangent pas à leur faim" insiste Salah Merabti. 

"C'est surtout un mois où on pense à ceux qui n'ont pas et surtout aux personnes en grande précarité. Il faut qu'ils sachent qu'il existe des endroits où ils peuvent récupérer de quoi manger. Par endroit, il sera même proposé de la livraison à domicile", appuie Abdelkader Yadel, président de l'association SSAMI.

Selon la demande, le nombre de repas distribués pourrait rapidement évoluer avertissent les collectifs déjà mobilisés.

Choix de la station

À venir dansDanssecondess