Passer au contenu

Le média
de la vie locale

Publicité
Logo France Bleu

Ramadan et confinement : "une tradition prophétique," rappelle le Conseil régional du culte musulman

Par

Ce jeudi à 18h, à la Grande mosquée de Paris, en fonction de la lune, une décision sera prise : le Ramadan débutera ce vendredi ou samedi. Une trentaine de jours de jeûne, pour les musulmans, sans repas entre le lever et le coucher du soleil. Pas évident, en plein confinement.

Confinement oblige, les mosquées (ici, celle de Mons-en-Baroeul) n’accueilleront pas de fidèles pour des prières collectives, durant ce ramadan un peu particulier. Confinement oblige, les mosquées (ici, celle de Mons-en-Baroeul) n’accueilleront pas de fidèles pour des prières collectives, durant ce ramadan un peu particulier.
Confinement oblige, les mosquées (ici, celle de Mons-en-Baroeul) n’accueilleront pas de fidèles pour des prières collectives, durant ce ramadan un peu particulier. © Radio France - François Cortade

Représentant dans le Nord de la Grande mosquée de Paris, Abdelkader Aoussedj est le premier vice-président du Conseil régional du culte musulman. Il n'est pas inquiet, mais plutôt impatient de retrouver ce mois "de prière, de médiation et de partage". 

Publicité
Logo France Bleu

Prier chez soi

Cette année, les conditions sont particulières, du fait du confinement, mais "ce sera l'occasion de prier et d'exprimer notre solidarité avec toutes les familles qui sont touchées par le Covid-19", explique Abdelkader Aoussedj.

Cette année, la prière devra s'effectuer à domicile, et en petits comités, car les mosquées sont fermées et vont le rester pour encore longtemps, comme tous les lieux de culte. Emmanuel Macron l'a redit récemment. Mais, "pratiquer la prière chez soi, ce n'est pas incompatible, ce n'est pas interdit", rappelle Abdelkader Aoussedj. 

Rien n'empêche de faire ses prières chez soi.

Ce Ramadan donnera t-il lieu à un relâchement dans le confinement, notamment les soirs, au moment de la rupture du jeûne, un temps où traditionnellement les familles se retrouvent en grand nombre, avec parfois voisins et amis ?  Abdelkader Aoussedj ne le croit pas. 

Le confinement : une tradition musulmane

"Les musulmans respectent bien le confinement, parce que c'est indiqué dans la religion. C'est une tradition prophétique. Le prophète a appliqué le confinement, à son époque, en demandant aux gens de ne pas rendre visite aux malades dans leur tribu et en demandant aux malades de rester chez eux. C'est la raison pour laquelle, dès le départ, les musulmans sont rentrés de plain-pied dans le confinement."

Je demande d'éviter les ruptures de jeûne, avec grande famille et amis. Il est préférable de les retrouver l'année prochaine, vivants, que de les perdre cette année. 

Des deuils compliqués par le confinement

En cette période de confinement, les familles musulmanes touchées par des deuils vivent ces moments très douloureusement. Elles sont confrontées à des carrés musulmans peu nombreux. Et pour avec l'absence de vols et la fermeture des frontières, impossible de rapatrier les corps des personnes qui le souhaitent, dans leurs pays d'origine, Maroc ou Algérie par exemple. 

Le Conseil régional du culte musulman travaille sur des solutions pour obtenir plus de places dans les carrés musulmans, là où des communes en ont mis en place. La ville de Lille a également ouvert des dépositoires, en attendant des rapatriements après le confinement. Les préfets de la région sont mobilisés sur cette question. 

loading
loading

Ma France : Économies d’énergie

Hausse généralisée du coût de la vie, risque de pénurie d’électricité ou de gaz, phénomènes climatiques extrêmes : ces crises bouleversent nos quotidiens, transforment nos modes de vie, nous poussent à dessiner les contours d’horizons nouveaux. Pour répondre à ces défis, France Bleu et Make.org lancent une grande consultation citoyenne autour des économies d’énergie. Prenez position sur ces solutions & proposez les vôtres !

Publicité
Logo France Bleu