Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Société

Rapport du Sénat sur la police : le malaise des forces de l'ordre touche aussi le Puy-de-Dôme

mercredi 4 juillet 2018 à 18:22 Par Olivier Vidal, France Bleu Pays d'Auvergne

Manque de reconnaissance, matériel obsolète, lourdeurs administratives, les policiers sont confrontés à un véritable mal-être. Les syndicats de police le dénoncent depuis des années. Ce rapport vient donc le confirmer. Le Puy-de-Dôme n'échappe pas à la tendance.

Le commissariat central de police de Clermont-Ferrand
Le commissariat central de police de Clermont-Ferrand © Radio France - Claudie Hamon

Clermont-Ferrand, France

Le rapport sénatorial évoque un vrai malaise au sein des forces de l'ordre. Dans ce rapport, l'état dégradé du moral des agents des forces de sécurité intérieure est clairement le premier des constats effectué. Les policiers vont mal. Pour preuve le taux de suicide chez les policiers est supérieur de 36% à celui de la population générale. 

Si elles diffèrent selon les régions et les densités de population, les difficultés rencontrées par les agents sont nombreuses : locaux vétustes, matériel obsolète, organisation et management inadaptés, lourdeurs administratives...Le ras-le-bol est bien présent et il n'est pas nouveau. Les syndicats de police le dénoncent depuis des mois voire des années.

Le Puy-de-Dôme n'échappe pas à la tendance

La circonscription clermontoise est, elle aussi, confrontée à bon nombre de difficultés. Si les locaux et le matériel utilisé sont assez corrects dans leur ensemble, en revanche le manque de considération de la part des autres institutions publiques, les "lourdeurs" de la procédure pénale, les effectifs "insuffisants" selon les syndicats sont bien réels. 

"Clermont-Ferrand n'est pas une ville de forte délinquance, du coup nos effectifs ne sont pas suffisants sur la voie publique, les équipes peuvent en souffrir" explique un membre du bureau des policiers nationaux indépendants, reçu par les sénateurs dans le cadre de la rédaction de leur rapport.

Le malaise est donc aussi présent dans le Puy-de-Dôme. Aujourd'hui les syndicats s'inquiètent aussi tout particulièrement d'un projet de création de local de rétention administrative au sein du l'hôtel de police de Clermont début octobre. Si des renforts en effectif sont prévus pour son ouverture, il pourrait entraîner malgré tout une diminution du nombre d'agents sur la voie publique selon ces mêmes syndicats.